FRANCE GALOP

FRANCE GALOP

Organisation / Association

Les coordonnées sont masquées, elles sont réservées aux professionnels membres du site.

28 avril
Énorme samedi à Auteuil

Samedi à Auteuil se déroule une des grandes réunions préparatoires au week-end du Grand Steeple-Chase de Paris, trois semaines plus tard...
Samedi 29 avril, Hippodrome d’Auteuil (Paris). – Cette réunion à Auteuil est parmi les plus importantes de la saison. Quatre courses de Groupe sont au programme dont la dernière étape sur la voie du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1- 21 mai), le Prix Ingré (Gr3), et deux championnats de 4ans, le Prix Amadou (Gr2) sur les haies et le Prix Jean Stern (Gr2) sur le steeple.
En l'absence de So French (Poliglote), forfait mardi, Storm of Saintly (Saint des Saints), lauréat en 2014, sera certainement le plus en vue du Prix Ingré pour succéder à As d’Estruval, qui partit favori trois semaines plus tard après son succès dans cette course.
De Bon Cœur (Vision d’État) tentera de rester invaincue sur les haies dans le Prix Amadou, avant-dernière étape avant le championnat des hurdlers de 4 ans, le Prix Alain du Breil (Gr1-11 juin). Le Prix Questarabad (Gr3), disputé la veille du Grand Steeple, sera la dernière préparatoire.
Edward d’Argent (Martaline) est pour sa part toujours invaincu sur le steeple et il sera le favori du Prix Jean Stern, d’autant qu'un de ses principaux rivaux à ce jour, Dalko Morivière (Balko), ira directement sur l’objectif de cette promotion, le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1-21 mai).
Le quatrième groupe, la Grande Course de Haies de Printemps (Gr3), est aux courses de haies ce que le Prix du Président de la République (Gr3) est au steeple-chase, c'est-à-dire le plus gros handicap de la discipline, doté en l'occurence de 155.000 €. Et pour couronner le tout, le Prix Wild Monarch (L) des poulains mettra aux prises des 3ans débutant sur les haies parmi les plus talentueux. En effet, on débute traditionnellement des poulains exceptionnels dans ce Prix Wild Monarch, dont la version féminine aura lieu le 5 mai.
26 avril
Énorme samedi à Auteuil

Samedi à Auteuil se déroule une des grandes réunions préparatoires au week-end du Grand Steeple-Chase de Paris, trois semaines plus tard...
Samedi 29 avril, Hippodrome d’Auteuil (Paris). – Cette réunion à Auteuil est parmi les plus importantes de la saison. Quatre courses de Groupe sont au programme dont la dernière étape sur la voie du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1- 21 mai), le Prix Ingré (Gr3), et deux championnats de 4ans, le Prix Amadou (Gr2) sur les haies et le Prix Jean Stern (Gr2) sur le steeple.
En l'absence de So French (Poliglote), forfait mardi, Storm of Saintly (Saint des Saints), lauréat en 2014, sera certainement le mus en vue du Prix Ingré pour succéder à As d’Estruval, qui partit favori trois semaines plus tard après son succès dans cette course.
De Bon Cœur (Vision d’État) tentera de rester invaincue sur les haies dans le Prix Amadou, avant-dernière étape avant le championnat des hurdlers de 4 ans, le Prix Alain du Breil (Gr1-11 juin). Le Prix Questarabad (Gr3), disputé la veille du Grand Steeple, sera la dernière préparatoire.
Edward d’Argent (Martaline) est pour sa part toujours invaincu sur le steeple et il sera le favori du Prix Jean Stern, d’autant qu'un de ses principaux rivaux à ce jour, Dalko Morivière (Balko), ira directement sur l’objectif de cette promotion, le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1-21 mai).
Le quatrième groupe, la Grande Course de Haies de Printemps (Gr3), est aux courses de haies ce que le Prix du Président de la République (Gr3) est au steeple-chase, c'est-à-dire le plus gros handicap de la discpline, doté en l'occurence de 155.000 €. Et pour couronner le tout, le Prix Wild Monarch (L) des poulains mettra aux prises des 3ans débutant sur les haies parmi les plus talentueux. En effet, on débute traditionnellement des poulains exceptionnels dans ce Prix Wild Monarch, dont la version féminine aura lieu le 5 mai.
21 avril
Premiers éléments concernant la réunion du 17 avril 2017 à Auteuil

(Communiqué France Galop) Boulogne-Billancourt, le 20 avril 2017 – Comme annoncé dans le communiqué du 17 avril 2017, une enquête a été menée par France Galop à l’issue de la réunion de courses à Auteuil afin de trouver une explication rationnelle aux accidents impliquant 5 chevaux dans les Prix du Président de la République, Prix Oteuil SF et Prix Philippe Menager.

Depuis lundi soir, de très nombreuses investigations ont été menées, tant pour interviewer les jockeys et entraineurs concernés, que pour examiner les lieux des accidents ou pour visionner en détails les vidéos. Les réductions kilométriques ont également été analysées notamment en rapport avec la pénétrométrie relevée.

Après examen des différents éléments en possession des équipes techniques de France Galop, il ne ressort pas, à date, de causes objectives et communes à l’ensemble des accidents. Il apparaît principalement que chaque accident se fonde sur une cause prise isolément et pas d’un contexte général propre à la réunion de lundi.

Les chutes ont eu lieu sur des zones différentes et les jockeys concernés ont confirmé les fautes des chevaux sur les obstacles, sans remettre en cause l’état de la piste, souple ce lundi (pénétromètre relevé à 3,98).

Le tour de piste effectué par France Galop en fin de réunion et notamment l’examen des obstacles, a effectivement montré des traces de chocs sur certains d’entre eux, confirmant sans doute le mauvais appel ou positionnement des chevaux au moment du franchissement de l’obstacle, entrainant leur chute.

Pleinement conscient et concerné par la très vive émotion qui a touché tous les amateurs de courses, France Galop souhaite rappeler que la piste d’Auteuil, ses obstacles et les professionnels qui les utilisent, font l’objet d’une attention permanente avec notamment de réguliers travaux d’améliorations effectués depuis 6 ans (sécurité, arrosage, drainage, décordage, aire de récupération des chevaux etc.). France Galop met tout en œuvre pour assurer une sécurité maximale pour les chevaux et jockeys tant en terme d’équipements embarqués (gilets et casques) qu’en équipement sur hippodrome (lices en pvc, barres d’appel plus souples). La sécurité en courses des acteurs ne fait et ne fera jamais l’objet d’économies de la part de France Galop, tant sur les moyens humains que sur les équipements.

Au cours des entretiens avec les professionnels, des remarques ont été faites sur la nécessité de rechercher une homogénéité de l’arrosage et de la piste, notamment aux abords et réception des obstacles par définition plus sollicités, sans pour autant que ces réflexions soient spécifiques à la réunion de lundi dernier. Les équipes de France Galop sont parfaitement conscientes de la pertinence de ces remarques. Sur l’hippodrome d’Auteuil, la prochaine grande étape est la mise en opération, en septembre prochain, d’un système d’arrosage complétement rénové, permettant d’ajuster au plus près, de manière plus fine et plus localisée, la préparation de la piste. Un prochain Conseil de l’Obstacle sera par ailleurs l’occasion de faire un point sur les méthodes d’entretien des pistes, sur les processus d’arrosage, et plus généralement sur tout ce qui concerne la prise en compte de la sécurité des hommes et des chevaux.
20 avril
LES SITES WEB DES CENTRES D’ENTRAINEMENT DE FRANCE GALOP

Le site web officiel de France Galop sur les centres d’entrainement de chevaux de Chantilly, Maisons-Laffitte et Deauville. Disponible via le portail www.cefg.fr, il permet de retrouver toute l’actualité des centres ainsi que des infos indispensables pour tous les professionnels.

Afin de répondre à une demande croissante des acteurs du galop, chaque site est doté d’une rubrique INFOPROS permettant aux professionnels des courses d’être informés en temps réel sur l’actualité du centre d’entrainement : prévisions météo, ouvertures ou fermeture de pistes à l’entrainement, travaux en cours. Egalement, cette nouvelle plateforme regroupe tout ce qu’il faut savoir sur chaque centre d’entrainement à travers le référencement des entraineurs qui y exercent, les chevaux stars des centres ou encore les infrastructures.

Ces 3 sites web sont une nouvelle étape de la digitalisation des outils de France Galop, et de modernisation de ses relations avec les acteurs du galop.
18 avril
France Galop enquête sur les accidents à Auteuil

(Communiqué de presse France Galop) Boulogne-Billancourt, le 17 avril 2017 – A l’issue de la réunion de courses de ce jour à Auteuil, France Galop examine dès à présent les causes qui ont pu amener aux chutes de plusieurs partants dans les Prix du Président de la République, Prix Oteuil SF et Prix Philippe Menager.

Les équipes techniques de France Galop, pour qui la sécurité des chevaux et des hommes est une priorité depuis de nombreuses années, ont déjà entendu à Auteuil de nombreux professionnels dont certains jockeys concernés par ces événements et vont revoir les films des courses citées, inspecter chaque obstacle afin de récolter le plus d’informations possibles et essayer de trouver une explication rationnelle à ces accidents. C’est avec une grande émotion que France Galop s’associe à la peine des entourages de POLIBOY, MISTER BALI, DJ’APPLE’S, PUYFOLAIS et GOLDKHOV, mais aussi d’AMIRANDE, évacué en clinique, ainsi qu’aux jockeys tombés ce jour en espérant leur retour prochain en compétition.
14 avril
Nouveau dispositif d’information sur l’état des PSF de Chantilly et Deauville


France Galop a mis en place une mesure de l’état de la piste en sable fibré (PSF) de Chantilly depuis le 27 janvier 2017 et à Deauville depuis le 1er mars 2017.

Les mesures sont relevées à l’aide d’un Compactomètre de Clegg Sols Sportifs. Cet outil est indispensable pour permettre aux directeurs de ces hippodromes et aux équipes de réaliser le meilleur entretien possible de la piste.

Le Compactomètre de Clegg permet de mesurer l’élasticité et la plasticité de la PSF qui peuvent être influencées par les températures extrêmes, chaudes ou froides, et la neige.

Le matin, trente mesures de Clegg seront prises sur cinq emplacements du parcours PSF. Lors de chaque mesure, trois chocs seront réalisés. Une moyenne sera calculée à partir des chiffres du 1er, 2ème et 3ème choc pour chaque emplacement.

Un qualificatif de l’état de la piste sera publié à j-1 et le jour J de la réunion :

LENT
STANDARD
RAPIDE
TRES RAPIDE

L’objectif est d’avoir un état de la piste STANDARD suivant les conditions météorologiques.
13 avril
Quatre français sur le sable anglais

Quatre pur-sang entraînés en France seront vendredi saint au départ de trois des sept épreuves qui constituent les riches championnats des courses sur pistes en sable à Lingfield.
Vendredi 14 avril, Hippodrome de Lingfield (GB). - Quatre chevaux entraînés en France seront vendredi saint à Lingfield en Angleterre au départ de trois épreuves des All-Weather Championships, clôture de la saison des courses sur les pistes en sable outre-Manche.

Déjà au palmarès d’une de ces courses depuis la victoire de sa pensionnaire Fresles (Royal Applause) dans le Fillies&Mares en 2015 sous les couleurs de Gérard Augustin-Normand, l’entraîneur cantilienne Pia Brandt délègue cette fois Metropol (Holy Roman Emperor, en photo ci-dessus à Deauville) dans le Classic sur 2 000 mètres, une épreuve où ce cheval régulier a terminé troisième l’année dernière avec une préparation très similaire à celle qu’il a reçue cette année. Didier et Pauline Prod’homme délèguent aussi Allez Henri (Footstepsinthesand) dans cette course. Il débutera en Grande-Bretagne après avoir pris la quatrième place du Grand Prix de la Riviera-Jacques Bouchara (L) à Cagnes et terminé troisième du Prix Darshaan sur la PSF de Chantilly.

Le gagnant du Classic reçoit 147 000 €. Celui du Mile touchera 110 140 €, ce qui est considérable aussi, et Qurbaan (Speightstown) y fait partie des favoris pour s’imposer après ses succès dans le Prix Luthier (L) à Deauville et le Prix Saônois (L) à Cagnes pour l’entraînement du Palois François Rohaut.

Carlton Choice (Bushranger) est présenté par Louis Baudron dans le sprint des 3ans. Il vient de s’imposer dans un handicap à Maisons-Laffitte en réalisant la meilleure valeur de sa carrière à 40kg.
10 avril
ParisLongchamp, la marque d’un hippodrome nouveau

À un an et un jour de son inauguration, l’hippodrome de Longchamp a reçu son nouveau nom, « ParisLongchamp, terre d’excellences », et une visite de la presse spécialisée, qui découvrait ainsi en présence d’Edouard de Rothschild, président de France Galop, sous le soleil d’avril le chantier de ce qui sera bientôt l’hippodrome le plus moderne d’Europe.

Vendredi 7 avril 2017, Hippodrome de Longchamp (Paris). – Le chantier du nouvel hippodrome de Longchamp, visité ce matin par les représentants de la presse hippique, c'est tout d'abord :

- 14 500m3 de béton, 550 tonnes d’acier, 50km de câblages techniques et le travail de jusqu’à 700 personnes sur le chantier auront été nécessaires pour que sorte de terre le projet du cabinet Perrault désigné par France Galop.

- 150 arbres plantés, soit au total 90 de plus que sur le site précédent, et davantage de gazons rendront l’espace plus vert et ombragé que dans la dernière version, pour revenir ainsi à un aménagement plus proche du Longchamp original. Un travail important a été réalisé pour organiser les flux d’un bout à l’autre de l’hippodrome et sur les cinq niveaux des tribunes.

- Le public se répartira sur les premier et deuxième étages, les professionnels et les propriétaires sur le troisième, et les VIP sur le quatrième et dernier étage, où prendra aussi place le restaurant panorama (ouvert au public) et ses 250 couverts, le double avec la terrasse qui donne sur le côté des anciennes tribunes.

- L’arrosage des pistes a été différencié pour permettre une meilleure sélectivité selon l’activité, et le drainage entre la fausse ligne droite et la sortie du tournant a été refait.

- Le rond de présentation, un peu plus long, a été déplacé de 25 mètres vers le nord, mais il garde globalement les mêmes dimensions, et caractéristiques, avec une sortie vers la piste en fin de rond.

- Le nombre de boxes en dur a été porté de 80 à 116, et un troisième rond de détente ajouté à proximité des nouveaux boxes vétérinaires.

- Les écrans de télévision seront tous alimentés par IP, ce qui permet de les programmer individuellement, avec un écran minimum par loge.

- Une cinquantaine de loges de 4 à 6 places sont installées au 3ème étage, 16 suites de 30 à 40m2 sont au dernier étage, celui du restaurant panorama et de la terrasse installée côté Moulin, face au poteau d’arrivée.

À l’issue de cette visite, Olivier Delloye, Directeur général de France Galop, a déclaré : « Le nouveau Longchamp, c’est une énorme chance car on n’a pas souvent l’occasion de vivre la création d’un hippodrome. Bien sûr, Longchamp existe depuis longtemps, mais c’est bien la sortie d’un nouvel hippodrome dont il est question. C’est une chance mais aussi une obligation de réussir. Parce que c’est un gros investissement qui intervient à un moment compliqué pour les courses. ParisLongchamp sera une réussite s’il nous permet d’attirer plus de spectateurs, à commencer par les parieurs, et plus de nouveaux publics : jeunes, familles, jeunes cadres parisiens qui viendront pour le spectacle et reviendront pour en savoir plus, rencontrer notre monde et, on l’espère, devenir de nouveaux propriétaires. Nous avons besoin de nouveaux propriétaires. Nos publics devront aussi se dire qu’il y a un avant et un après ParisLongchamp. Pas juste de belles tribunes et un bel ouvrage. Il faut ressentir une vraie différence dans ce qu’on propose, dans l’expérience qui est offerte. Il faudra aussi montrer notre capacité à développer plus de revenus autour de notre cœur de métier que sont les courses. Comment faire rayonner encore plus nos grands événements et les monétiser davantage. Nous devons réduire notre dépendance aux enjeux hippiques, comme on peut le voir ailleurs, dans d’autres pays. C’est pour nous tous l’occasion de passer une vitesse supérieure dans ce domaine. Pour conclure sur ce qui fera la réussite de Longchamp, il faudra adopter un modèle d’exploitation qui puisse être déployé sur nos autres hippodromes, car ils doivent à leur tour bénéficier de ce que l’on saura faire de nouveau et de mieux ici. ParisLongchamp va être très structurant pour notre exploitation générale. »

Répondant aux questions de la presse, Olivier Delloye a pu développer : « Le programme de Longchamp sera sans doute étoffé. Nous travaillons aussi sur l’éclairage. Il faut voir le volet administratif et réglementaire, le volet technique pour comprendre ce dont on a besoin, et enfin l’aspect économique, car cet équipement viendrait en plus du budget prévu. Nous voulons offrir un spectacle différent à des publics qui ne viennent pas forcément aujourd’hui. Sans aller jusqu’aux nocturnes, on peut envisager des semi-nocturnes à la belle saison, à partir de mai et jusqu’à septembre. On peut imaginer un rendez-vous régulier en semi-nocturne en semaine, agrémenté d’offres particulières à destination des publics que nous chercherions à attirer. Dans tous les cas, un éventuel éclairage ne concernerait que la petite piste, peu utilisée aujourd’hui. »

Avant de dévoiler la nouvelle marque ParisLongchamp, Fabrice Favetto-Bon, directeur du marketing à France Galop, a pu expliquer : « J’ai découvert dans un livre que j’ai trouvé dans mes premiers jours au siège de France Galop qu’au début du siècle dernier, Longchamp était la destination de référence pour la société parisienne. J’aimerais que ParisLongchamp relève ce défi. Nous avons choisi des partis pris très forts pour notre nouvelle marque : cette nouvelle destination doit être au service des courses, elle doit leur redonner leur attractivité pour nourrir l’image du lieu. Nous voulions aussi assumer notre position de leader dans le galop mondial, de façon à ce que nous puissions continuer à capitaliser sur cette position, et rappeler fortement notre attachement à Paris, capitale de l’élégance à vocation internationale, et réaffirmer que Longchamp, c’est aussi un site grandiose et exceptionnel. Cette réflexion nous a amenés à choisir cette marque : « ParisLongchamp, Terre d’excellences ». À présent, nous allons nous poser la question du « comment ». Comment accueillir tous nos publics pour la première fois, et pour mieux répondre à cette question, nous allons proposer dans les semaines et les mois à venir cinq rendez-vous thématiques. »

- Juin : l’expérience clients, acte I : les professionnels ;
- Septembre : l’expérience clients, acte II : les parieurs et le grand public ;
- Octobre : Programme ;
- Novembre : Développement commercial ;
- Avril : le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe dans le Nouveau Longchamp
7 avril
Planning des journées de la reconversion des chevaux de course

(Communiqué association Au-delà des Pistes). - Au vu du succès de la première Journée de la Reconversion des Chevaux de Course, qui s’est tenue le 27 août 2016 sur l’hippodrome de Deauville-La Touques, Au-Delà Des Pistes a le plaisir d’annoncer que cet événement sera réitéré en 2017, et ce, à plusieurs reprises. Grâce au concours de France Galop, des sociétés des courses du Lion d’Angers et de Craon, ces journées-évènements se tiendront sur quelques-uns des hippodromes-phares du galop français, au cours de réunions Premium attirant un large public.
À l’instar de la première édition 2016, des démonstrations seront réalisées par d’ex-chevaux de course reconvertis dans d’autres disciplines, du polo au horse-ball en passant par le concours complet ou la voltige, et d’anciens champions paraderont devant le public. Ces manifestations ont pour but de faire découvrir aux spectateurs des hippodromes mais aussi aux professionnels des courses et aux cavaliers de sports équestres la polyvalence et l’adaptabilité des pursang à l’issue de leur carrière de course. Elles permettront également de mettre en lumière le travail effectué par les différentes structures qui accueillent des chevaux réformés des courses en vue de les reconvertir.

Journées de la Reconversion des Chevaux de Course 2017

• 25 mai 2017 – Hippodrome du Lion d’Angers – Réunion de l’Anjou Loire Challenge (L)

• 9 Juillet 2017 – Hippodrome de Chantilly – Réunion du Prix Jean Prat (Gr1)

• 26 Août 2017 – Hippodrome de Deauville – Veille de la réunion du Grand Prix de Deauville (Gr2)

• 3 Septembre 2017 – Hippodrome de Craon – Réunion du Grand Cross de Craon (L)

Plus d’informations : audeladespistes@gmail.com
4 avril
Présidentielle 2017 : venez écouter les candidats qui répondront aux questions de la filière, mercredi 5 avril sur l’hippodrome de Saint-Cloud.

France Galop, Le Trot et la Fédération Française d’Equitation appellent tous les professionnels de la filière cheval à venir rencontrer les principaux candidats à l’élection Présidentielle de 2017 le mercredi 5 avril 2017, dès 10H du matin, dans le grand hall de l’Hippodrome de Saint-Cloud.

Chaque candidat, ou son représentant, exposera sa vision pour l’avenir et le développement de la filière cheval française dont dépendent près de 180.000 emplois à travers le territoire.
Professionnels de la filière, en vous inscrivant et en étant présent, vous aurez la possibilité de poser vos questions aux différents candidats qui se succèderont à la tribune. Unis, nous sommes plus forts, comme l’a montré la manifestation organisée par les Jeunes Professionnels de la Filière Cheval, qui a été un véritable succès. Restons mobilisés pour faire entendre la voix de notre filière aux pouvoirs politiques. Nous comptons sur votre présence.



Inscrivez-vous vite !
Remplissez le formulaire en ligne sur www.france-galop.com
31 mars
Le week-end des Poules d'Essai parrainé par l'Abu Dhabi Sports Council

Les Poules d’Essai des Poulains et des Pouliches organisées par France Galop les 13 et 14 mai prochains à Deauville ainsi que la vente de 2ans montés proposée le 12 mai par Arqana seront sponsorisées par l'Abu Dhabi Sports Council.
(Communiqué) Boulogne-Billancourt, le 30 mars 2017 - France Galop et ARQANA, en association avec l’AFAC, ont le plaisir d’annoncer la signature d’un accord de partenariat avec l'Abu Dhabi Sports Council, organisme dédié à la promotion de la pratique sportive et de la compétition de haut niveau, portant sur trois événements-phares du calendrier hippique qui se dérouleront mi-mai à Deauville : la Poule d’Essai des Pouliches (13 mai), et la Poule d’Essai des Poulains (14 mai), deux épreuves qui permettront de désigner le meilleur mâle et la meilleure femelle de 3 ans sur la distance de 1 600 mètres et marqueront le lancement des EpiqE Series 2017, ainsi que la vente Breeze Up qui aura lieu le vendredi 12 mai dans l’établissement des ventes aux enchères ARQANA.

Les allocations des Poules d’Essai portées à 600.000€ et 500.000€

L'Abu Dhabi Sports Council devient ainsi le partenaire-titre de l’ensemble de ce grand week-end de courses et de ventes, pour lequel des participants et spectateurs du monde entier feront le déplacement. Les deux courses principales porteront le nom d'Abu Dhabi Poule d’Essai des Poulains et d'Abu Dhabi Poule d’Essai des Pouliches.
Dans le cadre de ce partenariat, l’allocation globale distribuée dans chacune de ces courses est revalorisée pour atteindre 600.000€ pour les mâles (342.840€ pour le seul gagnant) et 500.000€ pour les femelles (285.700€ pour la gagnante).
Un montant dont il faut rappeler qu’il est adjoint d’une prime de 63% si le poulain ou la pouliche gagnant(e) est qualifié pour les primes au propriétaire, réservées aux chevaux nés et élevés en France ou « assimilés ». Le montant total pourra donc atteindre 558.829€ pour le gagnant de l'Abu Dhabi Poule d’Essai des Poulains, s’il est qualifié pour les primes, et 465.691€ pour la lauréate de l'Abu Dhabi Poule d’Essai des Pouliches (allocation + prime).

Deauville repasse le flambeau à Longchamp en 2018

Premières épreuves destinées à désigner les meilleurs poulains et pouliches de 3 ans, avant l’allongement de la distance dans le Prix du Jockey Club, le Prix de Diane Longines et le Juddmonte Grand Prix de Paris, les Poules d’Essai, version française des célèbres « Guinées » britanniques, auront lieu pour la deuxième et dernière fois sur l’hippodrome de Deauville-La Touques. En effet, ces deux courses ont traditionnellement lieu à Paris sur l’hippodrome de Longchamp, le « temple du galop », qui subit depuis l’automne 2015 une rénovation de grande ampleur.

Dès 2018, la Poule d’Essai des Poulains et la Poule d’Essai des Pouliches retrouveront donc leur piste historique, mais dans un cadre flambant neuf, qui offrira au public des conditions d’accueil et de théâtralisation des courses inégalées.

100.000€ pour la Coupe d’Europe des Chevaux Arabes

Le partenariat avec l'Abu Dhabi Sports Council portera également sur la Coupe d’Europe des Chevaux Arabes, une course de Groupe 1 réservée aux chevaux de race pur-sang arabes. Etape du challenge international The President of the UAE Cup Series, cette épreuve verra son allocation totale passer de 30.000€ à 100.000€ grâce au sponsoring de l'Abu Dhabi Sports Council, devenant ainsi une des épreuves les mieux dotées pour les pur-sang arabes âgés de 4 ans et plus en Europe.

La Breeze Up ARQANA, en partenariat avec l'Abu Dhabi Sports Council

Le vendredi 12 mai, l’établissement des ventes ARQANA accueillera sa première vacation majeure de la saison 2017, la vente Breeze Up, en partenariat avec l'Abu Dhabi Sports Council.
137 poulains et pouliches âgés de deux ans y seront proposés à des acheteurs venus de toute l’Europe mais aussi des USA ou du Japon. La veille, ils seront présentés lors d’un galop d’entraînement sur la piste en gazon de l’hippodrome, permettant aux acheteurs potentiels d’évaluer leur locomotion, leur tempérament et leur aptitude à la vitesse.

Déclaration de Faisal Al Rahmani, représentant de l'Abu Dhabi Sports Council :
« Abu Dhabi possède une longue histoire de partenariat avec les courses françaises puisque c’est en France que s’est déroulée la première épreuve de The President of the UAE Cup, en 1994, il y a désormais 23 ans. Depuis cette époque, ce programme s’est développé dans toute l’Europe et jusqu’aux USA, avec des courses qui ont eu lieu dans le cadre de la Breeders’ Cup, le jour des King George, du Prix du Jockey Club, des Irish Guineas, du Derby russe, etc. Ces courses offrent des allocations parmi les plus élevées pour les courses de pur-sang arabes et contribuent à soutenir les éleveurs, propriétaires et entraîneurs de ces chevaux. Nous sommes très heureux de compter désormais une étape dans le cadre d’une réunion aussi prestigieuse que celle des Poules d’Essai, et d’étendre ce partenariat à ARQANA, agence avec laquelle nous entretenons de très bonnes relations à travers les ventes de pur-sang arabes. »

Déclaration d’Olivier Delloye, Directeur Général de France Galop :
« C’est une grande satisfaction pour France Galop que Abu Dhabi Sports Council accorde une place aussi prépondérante à la France dans son programme de sponsoring en Europe. Il s’agit d’un signe fort de reconnaissance de l’importance de la France, s’agissant aussi bien des courses de pur-sang arabes que de pur-sang anglais. Dès l’an prochain, les Poules d’Essai ouvriront un nouveau chapitre de leur histoire à travers leur retour dans un Longchamp entièrement rénové et modernisé, au bénéfice de tous. Cette relocalisation ouvrira de nouvelles perspectives pour le partenariat avec l'Abu Dhabi Sports Council, que nous souhaitons inscrire dans la durée. »

Déclaration d’Eric Hoyeau, Président d’ARQANA :
« Nous travaillons étroitement avec les Emirats Arabes Unis, et particulièrement Abu Dhabi, dans le cadre de nos ventes de pur-sang arabes, une race que l’autorité hippique de l’Emirat est très attaché à promouvoir. Nous sommes très honorés de l’intérêt que témoigne Abu Dhabi Sport Council envers l’élevage, les courses et les ventes françaises à travers ce partenariat inédit avec ARQANA et France Galop. La Breeze Up est une vacation dont les résultats, dans le ring mais aussi sur les hippodromes, ont véritablement explosé depuis dix ans, reflet des efforts de nos équipes commerciales mais aussi de l’attractivité de la place de marché Deauvillaise. Les investisseurs du monde entier se réjouissent de faire le déplacement à Deauville pour assister à des épreuves de haut niveau et acheter leurs futurs champions »

Déclaration d’Yves Plantin, Président de l’AFAC :
« Je remercie vivement l’Abu Dhabi Sports Council pour son soutien qui permet une nouvelle fois à une réunion de galop prestigieuse d’accueillir une belle épreuve pour les pur-sang arabes. Je suis un fervent défenseur de ce type de synergies, qui ont à mon sens largement contribué à faire découvrir les courses de pur-sang à de nombreux éleveurs et propriétaires qui avaient démarré dans le pur-sang arabe, et vice-versa »



Le week-end des Poules d’Essai en pratique

- Jeudi 11 mai : Breeze Up Arqana - Présentation montée des chevaux inscrits aux ventes à 12h00 sur l’hippodrome de Deauville-La Touques

- Vendredi 12 mai : vente Breeze Up à 14h00 dans l’établissement des ventes ARQANA

- Samedi 13 mai : début des opérations à 13h30, première course à 14h00 avec la Abu Dhabi Poule d’Essai des Pouliches Gr.1 en tête d’affiche

- Dimanche 14 mai : début des opérations à 13h30, première course à 14h00 avec la Abu Dhabi Poule d’Essai des Poulains, le The Gurkha Coolmore Prix Saint-Alary Gr.1 et la Coupe d’Europe des Chevaux Arabes Gr.1 PA en tête d’affiche



A propos de l'Abu Dhabi Sports Council

Fondé en 2006 par le Prince hériter d’Abu Dhabi, le cheik Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, le Abu Dhabi Sports Council est un organisme dédié à la promotion de la pratique sportive et de la compétition de haut niveau. Il organise de nombreux événements sportifs à Abu Dhabi et dans le monde, dans des disciplines aussi variées que le golf, la Formule 1, le triathlon, la course à la voile, le cyclisme – et désormais les courses hippiques.
http://www.adsc.ae/en/

A propos d’ARQANA

Créée en 2006 de la fusion entre l’Agence Française de Vente de Pur-Sang et Goffs France, ARQANA est la première agence de vente aux enchères de chevaux de courses en France. Elle organise chaque année 9 ventes de pur-sang anglais, dont la célèbre Vente de Yearlings d’Août, une réservée aux pur-sang arabes, qui se déroule à Saint-Cloud quelques jours avant le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, ainsi que six ventes de trotteurs. En 2016, le volume d’enchères cumulé des ventes ARQANA s’est élevé à près de 140 millions d’Euros.
http://www.arqana.com/
28 mars
Comité de France Galop : le discours d'Édouard de Rothschild

Le Comité de France Galop s'est réuni lundi 27 mars sur l'hippodrome de Longchamp. Édouard de Rothschild, président de la société-mère, en a profité pour réaffirmer sa volonté de voir Longchamp devenir un symbole de renouveau, et il a tiré un bilan des quinze premiers mois de sa mandature à la tête de France Galop : relance du PMU, évolution du calendrier et du programme pour l'accompagner, digitalisation, réduction des déficits, dialogue renoué avec les pouvoirs publics, projet France Galop 2020 et les allocations pour 2018 ont ainsi été abordées au fil de ce discours, retranscrit ici dans son intégralité...
Chers amis,

Nous sommes aujourd’hui à un an de la réouverture tant attendue de Longchamp, après un an et demi de travaux.

Cette étape, qui coïncide avec l’achèvement du gros œuvre par l’entreprise Bouygues, m’a naturellement donné envie de vous réunir ici pour que vous puissiez vous aussi vous projeter dans ce nouvel hippodrome et commencer à prendre la pleine mesure de ce qu’il apportera de nouveau pour le public et les acteurs des courses.

Longchamp, ce n’est pas simplement une nouvelle tribune.

Longchamp doit marquer une rupture dans notre manière d’exploiter nos hippodromes. Il va en effet amener France Galop et ses équipes :
- à transformer l’expérience des clients : du parieur au propriétaire, chacun doit pouvoir se dire qu’il y a un avant et un après Longchamp,
- à inventer de nouvelles offres pour toucher de nouvelles clientèles,
- à intégrer pleinement les nouvelles technologies dans les parcours clients,
- à piloter l’ensemble des services offerts de manière plus professionnelle (les paris, la restauration, la gestion des partenaires commerciaux),
- à développer des activités rentables, idéalement avec des partenaires, pour créer un flux d’activité tout au long de l’année.

Longchamp ne sera pas juste une belle vitrine des courses françaises, il doit être la locomotive du galop, l’hippodrome qui accélère la transformation de France Galop et donne un nouvel élan à notre activité.
Ce magnifique projet mobilise beaucoup de notre temps et notre énergie depuis plus d’un an et il constitue une priorité absolue pour les 365 jours qui nous séparent de l’ouverture.
Pour autant, le travail des équipes de France Galop ne se réduit pas à l’avènement de ce nouvel hippodrome.

Je suis arrivé à la Présidence d’un France Galop qui perd 30 millions d’euros par an. Mon premier objectif a été de mettre la maison en ordre de marche pour redresser cette situation, en procédant par étapes. Quelques mois après mon élection, nous avons mis en place le plan France Galop 2020 dont les grandes lignes vous ont été présentées en juillet dernier. Ce plan, qui associe des actions de relance et des mesures d’économies, nous a amenés à travailler sur de nombreux fronts et je souhaitais en évoquer quelques uns ce matin avec vous :

1// En premier lieu, faire en sorte que France Galop joue pleinement son rôle d’actionnaire du PMU.

Il m’est apparu évident à mon arrivée que le plan PMU 2020 ne suivait pas la trajectoire attendue et, avec Le Trot, nous avons demandé aux dirigeants du PMU de challenger ce plan en accélérant la mise en œuvre des actions qui fonctionnent, en remettant en question celles qui sont en-deçà des objectifs et injectant de la nouveauté dans leur plan stratégique. C’est ainsi qu’à l’automne, Xavier Hürstel a présenté un plan revisité, clairement recentré sur le pari hippique et prenant la pleine mesure du nécessaire redressement des enjeux dans notre réseau de points de vente, premier contributeur en chiffre d’affaires, en rentabilité et donc en ressources pour la filière. 2017 verra le PMU lancer de nouveaux paris, prendre la parole plus fortement dans les media et, on l’espère, enrayer la baisse des paris hippiques que nous subissons depuis plus de 3 ans.

2// Puisqu’il ne s’agit pas simplement de mettre sous tension le PMU, nous avons aussi entrepris de nombreux changements chez France Galop.

Le calendrier et le programme tout d’abord : voilà l’un des seuls leviers que nous avons entre nos mains pour enrayer l’érosion des paris hippiques qui représentent 90% des ressources de France Galop. Sans tabou, nous avons identifié les actions qui pouvaient contribuer à améliorer les enjeux sans dénaturer notre programme de courses du point de vue sportif :
Nous avons fait évoluer le programme des 2 ans. Alors que les enjeux ont globalement diminué de 1.3% sur la période allant de septembre à fin novembre, le chiffre d’affaires du PMU sur le périmètre de courses concerné par la réforme a progressé de 16%. Nous le devons en partie à une nette réduction des courses de moins de 8 partants qui génèrent en moyenne 40% de moins que des courses de 8 à 10 partants.
Fort de ces résultats et des remarques formulées par les professionnels sur cette réforme, nous poursuivons ce mouvement sur le programme des 3 ans en procédant à quelques adaptations. Les deux mois à venir nous éclaireront sur l’efficacité de cette mesure.
En matière de calendrier, nous avons transformé 12 réunions PMH en réunions Premium en positionnant ces courses sur des périodes où le potentiel de partants est là. Cette évolution s’avère tout à fait profitable puisqu’à mi mars, la croissance des enjeux au galop avoisine 7% et c’est en grande partie à ces réunions transformées que nous le devons.
Sur un plan plus sportif, nous avons fait le choix de muscler nos week-ends pour les rendre plus attractifs avec 17 courses de groupe supplémentaires les samedi et dimanche.

Deuxième forte inflexion : la digitalisation

France Galop avait un retard certain qu’il commence à rattraper avec des réalisations concrètes.
Le site internet a fait peau neuve à l’automne. Il est désormais facile d’utilisation sur toutes les interfaces y compris les tablettes et smartphones. L’accès simple et gratuit à tous les replays, mais aussi au Live, rencontre un vrai succès. Les propriétaires résidant hors de France peuvent enfin voir la course de leurs représentants en direct depuis leur mobile.
La digitalisation, c’est aussi la refonte du site pour les professionnels qui est un projet bien engagé. Une version beaucoup plus « user friendly » verra le jour à la rentrée ; les professionnels qui utilisent ce site quotidiennement y retrouveront toutes les fonctionnalités existantes plus des nouvelles, et surtout, ils navigueront sur une interface beaucoup plus ergonomique et fonctionnant parfaitement sur les tablettes.
La digitalisation, c’est également la sortie attendue cet été du « tracking ». Ce système de géolocalisation commun au Trot et au Galop est en gestation depuis plusieurs mois. Il s’annonce comme une évolution structurante dans notre manière de faire vivre nos courses, sur les hippodromes, devant un écran de télévision et depuis son smartphone. C’est un levier majeur pour séduire les jeunes générations en rendant nos courses plus lisibles et plus ludiques.
La digitalisation, c’est enfin apporter de nouveaux services aux propriétaires et aux entraîneurs. C’est dans cet esprit que nous avons conclu un accord de partenariat avec la start-up Arioneo afin d’offrir un outil qui, non seulement permettra aux professionnels de mieux analyser l’entraînement de leurs chevaux, mais aussi de partager simplement et en temps réel toutes les informations importantes avec leurs propriétaires.

Troisièmement : réduire le déficit : France Galop est également engagé dans un plan de performance :

- Comme vous le savez, nous travaillons au rapprochement des hippodromes parisiens (Longchamp, Saint-Cloud et Auteuil) qui fonctionnent encore aujourd’hui de façon trop indépendante. C’est un enjeu d’efficacité, de coût mais aussi une nécessité impérative pour être en mesure d’exploiter le Nouveau Longchamp avec les effectifs actuels. Ce projet rencontre des résistances parmi les organisations syndicales mais le dialogue renoué depuis la grève d’Auteuil doit permettre d’avancer intelligemment. France Galop n’a de toute façon plus les moyens de renoncer à des mesures aussi évidentes que celle-ci.

- Nous avons également pris la lourde décision de quitter l’hippodrome d’Enghien et de transférer l’essentiel des réunions à Compiègne. Abandonner Enghien fut difficile mais c’est une décision qui permet de réaliser 2 millions d’euros d’économies par an sans altérer la qualité des courses organisées. Je me réjouis des conditions dans lesquelles l’hippodrome de Compiègne a lancé la saison 2017. L’accueil des professionnels est bon et le meilleur est à venir puisque les parcours ne cesseront de s’améliorer d’ici la saison 2018.

- Le budget marketing a été compressé de l’ordre d’un million d’euros dès cette année en évitant un repli sur soi qui serait dommageable au rayonnement de nos plus grands rendez-vous. Certaines dépenses comme l’organisation de réceptifs sont davantage visées par ce plan d’économies.

- Les centres d’entraînement sont au cœur de nos préoccupations. Nous devons en réduire les coûts de fonctionnement d’abord. Cela passe notamment par un calendrier de travail aménagé différemment, comme nous le faisons à Maisons-Laffitte cette année. Parallèlement, nous devons provoquer les opportunités de relance de nos centres d’entraînement avec nos partenaires locaux. C’est par exemple, donner la possibilité au Syndicat Mixte de Deauville de céder des parcelles constructibles pour permettre à des entraîneurs de construire des boxes. C’est aussi mieux promouvoir nos sites auprès de professionnels étrangers qui envisagent une installation en France. C’est enfin offrir un guichet unique à ces entraîneurs pour faciliter leur venue, leur installation et la fixation de nouveaux propriétaires et effectifs supplémentaires dont nous avons tant besoin.

- Sans renoncer à son principe, nous avons également obtenu du Fonds Eperon, une reprise de 7 millions de réserves constituées au fil des ans, considérant que la dotation annuelle de 9.6 millions et d’un fonds de roulement raisonnable ne mettait pas en danger le fonctionnement du Fonds. Pour l’avenir, je renouvelle mon attachement à ce Fonds tout en rappelant que France Galop le soutiendra à la hauteur de ses moyens.

- Les équipes de France Galop, du Trot et du PMU travaillent aussi de concert depuis plusieurs semaines sur l’évaluation des synergies induites par le rapprochement de certaines fonctions support et une mutualisation accrue des achats. Sans être la panacée, nous ne pouvons passer à côté d’économies de bonne gestion telles que celles-ci.

- Enfin, le nouveau patron du Pôle Media de l’Institution, Laurent Eichinger, avance à marche forcée sur un plan ambitieux de repositionnement de l’offre d’Equidia et de rationalisation des coûts de ce pôle images. Ce pôle représente une charge nette de 65 millions pour l’ensemble de l’Institution et des marges de manœuvre substantielles sont d’ores et déjà identifiées et actionnables dès le second semestre de 2017.

Comme vous le voyez, France Galop est bel et bien en mouvement pour faire face au mieux à la situation difficile que nous vivons.

Je l’ai exprimé clairement devant vous il y a quelques mois lorsque Xavier Hürstel et les équipes de McKinsey sont venus présenter le plan PMU 2020 : quand bien même le PMU parvient à délivrer les objectifs ambitieux qu’il s’est fixé, le résultat net attendu – et les économies à réaliser chez France Galop et dans les entités communes – ne permettront pas à la maison-mère de retrouver l’équilibre financier, seul garant de sa pérennité.

Nous devons bien admettre cette réalité qui m’amène à appréhender l’avenir à court terme de la manière suivante.

Tout d’abord, nous travaillons sur le volet politique. Pour la première fois, les candidats à la Présidentielle ont été invités par les maisons-mères à venir présenter leur vision de l’avenir de notre filière. Le 5 avril à Saint-Cloud, où je compte sur votre présence et la mobilisation du plus grand nombre, nous devons peser face à ces candidats pour leur faire prendre conscience et leur donner envie de défendre notre secteur d’activité, aujourd’hui menacé. Tous les candidats et leurs entourages seront équipés d’ici là d’un document de synthèse dressant un état des lieux de la filière et énumérant les principales mesures à prendre par l’Etat pour nous aider à franchir ce cap difficile.

Parallèlement, les Ministres – actuels – de l’Agriculture, du Budget et des Sports ont lancé un Grenelle de la filière. Le travail des services de ces ministères et des représentants des différentes composantes de la filière est arrivé à son terme. Dans ce contexte de fin de mandature, je n’attends pas de mesure spectaculaire à la hauteur des difficultés que nous rencontrons mais j’ai confiance dans l’adoption de certaines dispositions bénéfiques aux acteurs des courses. De nombreuses recommandations ont été formulées tant sur la procédure d’agrément des propriétaires que sur le régime fiscal des plus-values de cession.

Nous nous battons avec détermination et méthode mais comme je l’ai également déjà dit, on ne peut tout attendre d’un Etat déficitaire. Par ailleurs, le manque de visibilité lié aux prochaines élections présidentielles et législatives nous engage à ne pas simplement compter sur la signature d’un nouveau protocole avec l’Etat pour nous remettre à flot.

Gouverner, c’est prévoir. C’est pourquoi, nous devons nous préparer à tous les scenarios possibles, avec suffisamment d’anticipation, et faire preuve de sens des responsabilités en ne faisant l’impasse sur aucun sujet.

C’est dans cet esprit que nous avons commencé à discuter des encouragements 2018 lors du Conseil d’administration de lundi dernier. Nous sommes partis d’un état des lieux tout à fait précis et exhaustif de la manière dont sont employés les 280 millions d’encouragements actuels. Cela fut l’occasion d’un premier échange sur tel ou tel dispositif, sur les effets des inflexions de la politique d’encouragements des dernières années. J’ai également demandé aux administrateurs qui, pour certains, représentent les associations professionnelles élues au Comité, de travailler sur des propositions concrètes et écrites de réduction des encouragements dans le contexte de déficit structurel d’une trentaine de millions d’euros que nous connaissons. Je serais d’ailleurs ravi que les cooptés puissent aussi, via un groupe de travail ad hoc, formuler des propositions au Conseil d’administration.

Nous nous sommes fixés le Conseil du 22 mai pour remonter ces contributions, échanger et ainsi, alimenter la réflexion des administrateurs, étant entendu que c’est bien le Conseil qui sera souverain dans les décisions budgétaires qu’il aura à prendre.

Dans le même registre, nous devrons instruire, avec la Fédération Nationale et le Trot, la question de la rémunération des sociétés premium. Pour France Galop, c’est une enveloppe de plus de 30 millions par an.

Chers amis, la tâche est immense, parfois effrayante mais elle nous pousse à agir avec le sens des responsabilités. Pour conclure mes propos, je voulais vous citer quelques extraits d’un article paru dans L’Express :

« Aujourd'hui, en France, le monde du turf va mal : champs de courses qui ferment, PMU détrôné par le Loto, image de marque désuète… Les paris sont ouverts...

(….)

Aujourd'hui, l'âge moyen du turfiste est de 55 ans. Menacé de désuétude, le monde des courses paie pour avoir oublié d'épouser son siècle.

Depuis quelques années déjà, le PMU s'est échiné à gommer l'univers masculin, enfumé, pas franchement affriolant, de ses nombreux points de vente, relégués pour la plupart dans l'arrière-salle ou les sous-sols des bars-tabacs.

(…)

A la croisée des chemins, entre le terroir et la haute technologie, le petit monde des courses se rejoint au moins sur un point : les modes passeront, mais le cœur de l'homme gardera toujours une place pour sa plus belle conquête… »

Cet article est paru en 1994, il y a 23 ans déjà. Vieillissement de nos parieurs, image désuète, concurrence avec la Française des Jeux… Voilà un constat qui ressemble étrangement à celui que nous pouvons dresser aujourd’hui.

Personnellement, cet article me fait regarder l’avenir avec confiance. On enterrait les courses et le pari hippique en 1994 ? Et pourtant, nous avons fait mieux que survivre ! Entre 2000 et 2016, les encouragements distribués sont même passés de 161 millions à 280 millions d’euros.

En étant clairvoyants, courageux et responsables, je suis convaincu que nous saurons collectivement faire aussi bien et engager les courses de galop sur la voie du redressement et du renouveau.
27 mars
Deux victoires françaises à Dubaï

Vazirabad et The Right Man se sont imposés pour l'équipe de France, samedi soir à la grande réunion de la Dubai World Cup sur l'hippodrome de Meydan.
Samedi 25 mars 2017, Meydan (Dubaï). – Vazirabad (Manduro) a remporté la Dubai Gold Cup (Gr1) pour la deuxième fois, samedi sur l'hippodrome de Meydan à Dubaï, pour son éleveur l'Aga Khan, l'entraînement d'Alain de Royer Dupré et sous la monte de Christophe Soumillon tandis que The Right Man (Lope de Vega), pensionnaire de Didier Guillemin, s'est imposé d'un nez dans le premier sprint de groupe 1 de l'année sur l'hémisphère Nord, le Al Quoz Sprint (Gr1), sous les couleurs de Pegase Bloodstock, Zied Ben M’Rad, Azeddine Sedrati, Samira Turki et Guillaume de Saint-Seine. François-Xavier Bertras montait le gagnant du Prix de la Seine-et-Oise (Gr3). Entraîné à La Teste pour Al Shaqab Racing et associé à Gregory Benoist, Heshem (Footstepsinthesand) n'a pu repousser jusqu'au bout l'attaque du japonais Vivlos (Deep Impact) dans le Dubai Turf (Gr1) pour finalement terminer deuxième. L'autre français dans la course, Zarak (Dubawi), a dû se contenter de la quatrième place.

Gagnant du dernier Critérium International (Gr1) à l'automne dernier à Saint-Cloud, Thunder Storm (Helmet) a gagné le Derby des Émirats (Gr2) pour l’écurie championne de Dubaï, Godolphin. Considéré comme le meilleur pur-sang du monde, l'américain Arrogate (Unbridled's Song) s'est imposé dans la course principale du meeting, la Dubai World Cup (Gr1), sous les couleurs de son éleveur saoudien, Khaled Abdullah. Dotée de 10 millions de dollars, la course se déroule sur 2 000 mètres et la piste en sable. Troisième du français Almanzor (Wootton Bassett) dans les Champion Stakes (Gr1), l'automne dernier à Ascot, l'anglais Jack Hobbs (Halling) a gagné le Sheema Classic (Gr1), sur la piste en herbe et la distance de 2 400 mètres.
24 mars
Lancement de la 2ème édition des Trophées du Personnel des Courses et de l’Elevage.

Honorer et récompenser, les maîtres mots des « Trophées du personnel des courses et de l’élevage ».
(Communiqué) Boulogne-Billancourt, mercredi 22 mars 2017. - Fort du succès de la 1ère édition, France Galop et Godolphin sont fiers de s’associer à nouveau pour célébrer le dévouement du personnel des courses et de l’élevage, véritables pivots de notre filière. Pour cette 2ème édition, 7 catégories seront récompensées le 25 novembre 2017 à l’hippodrome d’Auteuil. Un nouveau trophée dédié au « Personnel Administratif » s’ajoutera cette année à ceux décernés aux six catégories récompensées en 2016.

Lors de la 1ère édition Française des « Trophées du personnel des courses et de l’élevage », les membres du jury avaient étudié 175 dossiers de candidature enregistrés dans six catégories différentes. Les lauréats avaient été récompensés lors d’une cérémonie organisée par Godolphin et France Galop, le 19 novembre 2016 à l’hippodrome d’Auteuil.

Jean-Bernard Roth, premier garçon de l’entraîneur Jean-Claude Rouget, avait été élu « Employé de l’année ». Nous retenons de ces mots, l’amour de son métier et la passion qui l’anime au quotidien : « Les chevaux, on les voit, ils sont sur le programme. Mais les gens du métier, on les voit très peu. Ils méritent leur part de lumière. C’est pour cela que cette initiative est extraordinaire. (…) Les chevaux sont là pour nous dire que nous partageons une passion et pour nous rapprocher. Ce soir, je pense à beaucoup de monde et c’est ce qui m’aide à avancer. Je suis fier de ce titre et je continuerai à faire de mon mieux pour démontrer que le cheval est une noble conquête ».

REVIVEZ LA CEREMONIE 2016 EN CLIQUANT ICI

Sept catégories pour récompenser celles et ceux qui œuvrent chaque jour pour les courses et l’élevage

- Leadership : Pour les employés ayant la responsabilité d’au moins deux personnes et ayant démontré un désir de réussir au sein de la filière, ainsi que des aptitudes d’encadrement au bénéfice de leurs collègues

- Dévouement pour les courses : garçons de voyages, secrétaires administratifs, premier garçon, garçon de cour… Pour un membre du personnel ayant travaillé au moins 15 ans dans la filière. Elément moteur de l’équipe, il partage sa passion, son expérience, sa connaissance et son temps.

- Cavalier(ère) d’entraînement : Pour les cavaliers et lads ayant fait preuve de talent, de constance et de fiabilité aussi bien en selle qu’au sol et ayant accompli quelque chose de « remarquable » durant la saison.

- Personnel de haras : Pour les personnes travaillant dans un haras et ayant fait preuve de compétence, de dévouement et de fiabilité. Aura aussi démontré du talent avec les chevaux, une capacité d’adaptation et un sens du travail en équipe

- Personnel Administratif : Pour le personnel administratif des écuries de courses ou haras. Elément clef de l’équipe il s’assure du bon fonctionnement de l’entreprise.

- Jeune espoir (course ou élevage) : Pour les employés de moins de 5 ans d’expérience dans la filière. Motivés à réussir, les nommés ont déjà commencé à gravir des échelons et ont amélioré leurs connaissances et compétences, devenant un élément indispensable au sein de l’équipe.

- Employé de l’année : Titre suprême décerné à un vainqueur de l’une des catégories précédentes (à l’exception des jeunes espoirs)

Qui peut être nommé ?

Tout personnel d’écuries de courses et de haras français, employé et résident en France peut être nommé. (Dans la mesure où il est en activité au moment du dépôt de la candidature jusqu’à la remise des trophées). Les dépôts de candidature peuvent être faits notamment par, les formateurs, les propriétaires, les éleveurs, le personnel d’écurie et de haras, le personnel administratif et les administrateurs de bureau. Les dossiers de candidatures seront téléchargeables sur le site des Trophées du personnel des courses et de l’élevage à partir de 26 juin. La date de clôture des dépôts de candidature étant fixée au 25 août 2017.

Des récompenses exceptionnelles pour les vainqueurs

Godolphin a doté chaque catégorie de prix exceptionnels. Vainqueurs, finalistes et équipes associées aux vainqueurs et finalistes seront récompensés lors de la cérémonie de remise de prix.

Godolphin offrira également au vainqueur de la catégorie « Jeune espoir » un voyage de 5 jours à Dubai comprenant notamment : journée aux courses, visite du centre d’entraînement et des Zabeel Racing Stables, du Dubai Equine Hospital.

www.tropheesdupersonnel.fr
17 mars
Fabrice Favetto Bon nommé Directeur Marketing de France Galop.

(Communiqué France Galop) Boulogne-Billancourt, mercredi 15 mars 2017
Fabrice Favetto Bon vient d’être nommé Directeur Marketing de France Galop ; il succède ainsi à Jean-Christophe Giletta et prendra ses fonctions auprès de la société mère du galop dès le 20 mars 2017.

A 47 ans, Fabrice Favetto Bon, diplômé de l’ESCP, a occupé différentes fonctions à dominante marketing et commerciale au sein d’organisations sportives comme la Coupe du Monde France 98 et de clubs sportifs (ex : Paris Saint Germain). En tant que Président de TeamStadia depuis 2011, il a piloté plusieurs dizaines de missions de conseil auprès d’acteurs du sport et du divertissement. Qu’il s’agisse de grandes enceintes ayant fait peau neuve à l’occasion de l’Euro 2016 comme les stades de Lyon, Lille, Nice ou encore Marseille, ou de grands projets comme La Seine Musicale de Boulogne-Billancourt ou l’U Arena de Nanterre, Fabrice Favetto Bon a été directement impliqué dans la conception du modèle d’exploitation et les enjeux spécifiques liés à l’ouverture de ces lieux de spectacle.

Olivier Delloye, directeur général de France Galop : « A un an de l’ouverture du Nouveau Longchamp dès 2018, je suis très heureux d’accueillir Fabrice au poste de Directeur Marketing de France Galop. Calendrier oblige, son premier objectif sera de nous préparer au mieux à l’ouverture de Longchamp qui doit marquer une rupture dans notre façon d’exploiter nos hippodromes. Créer de nouvelles offres pour attirer un public plus nombreux et plus varié, transformer l’expérience de nos clients à travers des services bien pensés et bien délivrés, développer de nouvelles activités pour faire vivre le lieu au-delà de nos réunions de courses sont quelques uns des grands objectifs à atteindre pour faire du Nouveau Longchamp une réussite et un modèle à suivre pour les autres hippodromes de France Galop. Fabrice a l’expérience, les compétences et aussi le goût des courses, autant d’atouts pour relever ce magnifique défi avec les équipes en place. Pour lui permettre de se concentrer pleinement sur cette mission, je serai aux côtés de Fabrice les premiers mois pour piloter la communication et le département propriétaires de France Galop. Je tiens à saluer Jean-Christophe Giletta qui a fortement contribué à la montée en compétences de nos équipes dans l’organisation des évènements et a permis à d’autres projets structurants comme le Marketing Commun des Courses de voir le jour ».

Fabrice Favetto Bon a déclaré : « J’ai découvert les courses en 2007 en devenant propriétaire via une écurie de groupe fondée avec des amis proches. J’y ai vécu de belles émotions, personnelles et collectives pendant plusieurs années. Ces émotions par le sport et le divertissement ont toujours rythmé mon parcours professionnel ; je suis heureux d’en ouvrir une nouvelle étape chez France Galop afin de relever le magnifique défi de la valorisation des courses et de la diversification de nos activités ».
15 mars
Bons débuts de l'élevage français à Cheltenham

Gérard Ferté (à gauche) et Antoine-Audoin Maggiar, deux éleveurs français qui connaissent une belle réussite à Cheltenham.
Le festival de l'obstacle à Cheltenham a débuté mardi pour quatre jours et l'élevage français a tenu la dragée haute à ses concurrents avec trois succès de Groupe 1 !
Mardi 14 mars 2017, Prestbury Park (Cheltenham, GB). - Belle journée pour les sauteurs venus de France, mardi à Cheltenham pour la première des quatre journées du festival britannique de l’obstacle. L’AQPS Buveur d’Air (Crillon), élevé dans le Cher par Gérard Ferté, s’est imposé dans la plus grande course de cette réunion d’ouverture, le Champion Hurdle (Gr1), équivalent anglais de notre Grande Course de Haies d’Auteuil. Entraîné par Nicky Henderson, qui l’a remis sur les haies après avoir tenté –avec succès pourtant- de le convertir au steeple-chase, Buveur d’Air est un frère utérin de Punchestowns (Morespeed), un des meilleurs hurdlers en activité outre-Manche dans les années 2000. Comme Gérard Ferté le soulignait sur place en Angleterre, l’un et l’autre descendent de la championne de France de cross-country 1985, Lili Dancer (Evainqueur), qu’il avait lui-même élevée et qui a donné un double lauréat du Grand Cross de Craon (L), Fuji Yama.

Troisième du Champion Hurdle, Petit Mouchoir (Al Namix) a lui aussi été élevé en France par Philippe Guéret en Mayenne.

Autre succès français de haut niveau à signaler mardi, la victoire du 6ans Labaik (Montmartre) dans le Supreme Novices’ Hurdle Race (Gr1), élève de l’écurie des Monceaux qui a d’abord couru sous les couleurs du Haras Shadwell pour le cheik Hamdan Al Maktoum en France, devant Melon (Medicean), ancien pensionnaire de Nicolas Clément à Chantilly, également vendu par Arqana.

On notera enfin le triomphe d'une jument élevée dans le Maine-et-Loire par Ronny Coveliers, Apple’s Jade (Saddler Maker), dans le Mares’ Hurdle Race (Gr1), la grande course de haies féminine, aux dépens de l’AQPS Vroum Vroum Mag (Voix du Nord), élève d'Antoine-Audoin Maggiar qui était tenante du titre, et de Limini (Peintre Célèbre), née en Grande-Bretagne mais d’abord vue en France avant de passer sur le ring d’Arqana, où elle a été vendue 100 000 € à Harold Kirk pour le propriétaire Michael O’Leary, le patron de Ryanair.
14 mars
Mise en place d’un poids individuel minimum de monte pour les jockeys

(Communiqué France Galop) Boulogne-Billancourt, le vendredi 10 mars 2017. - Le Code des courses de Galop vient d’être modifié afin que soit désormais attaché à chaque jockey un poids individuel minimum de monte. Depuis le 1er mars 2017, un jockey ne peut pas être déclaré au départ d’une course à un poids inférieur à celui communiqué au médecin lors de la visite médicale annuelle permettant l’établissement du certificat de non contre-indication à la monte en course (prévu à l’article 40 du Code).

Enchainer de trop fréquentes variations de poids pour répondre aux différentes conditions de courses est susceptible de fatiguer l’organisme des jockeys et de nuire à leur sécurité et à celle du peloton.

En effet, comme tous les sportifs, chaque jockey a un poids optimal de forme permettant de participer dans les meilleures conditions aux épreuves sportives. Cette notion est particulièrement importante dans notre sport compte-tenu du nombre élevé d’engagements des jockeys et du rythme soutenu de compétition tout au long de l’année.

Cette modification du Code de courses de Galop a été présentée au préalable à l’Association des Jockeys. Elle a été ensuite votée par les Instances de France Galop et approuvée par le Ministère de l’Agriculture.
13 mars
EpiqE Series : bilan et perspectives

À l'issue de la première saison des EpiqE Series, l'équipe du marketing Commun des Courses a pu tirer un premier bilan et dévoiler d'importantes évolutions pour la saison 2...
(Communiqué Marketing Commun des courses). - Mai 2016, l’ensemble de l’Institution des courses de chevaux, France Galop, LeTrot, la Fédération Nationale des Courses Hippiques, le PMU et Equidia dévoilait son programme de reconquête du grand public en lançant le championnat EpiqE Séries.

Pour la première fois, les couleurs du trot et du galop ont couru sous une même bannière en réunissant les 14 plus grandes courses françaises, réparties en 2 circuits qui ont mené respectivement à la consécration des meilleurs chevaux mondiaux, à l’occasion du Prix d’Amérique Opodo et du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe.

A l’issue de cette première saison, les premiers résultats et perspectives sont encourageants.

Les premiers niveaux de fréquentation observés sur la globalité de la compétition sont positifs, même si la fermeture actuelle de Longchamp a rendu complexe le lancement du circuit galop. Au total ce sont près de 170 000 personnes qui ont assisté aux évènements, théâtres d’une nouvelle scénarisation et théâtralisation des acteurs à cette occasion.

Au niveau des enjeux, on observe, en moyenne sur chaque étape, une augmentation de 7.4% des enjeux collectés sur l’ensemble des 14 courses (vs n-1) grâce à un dispositif d’activation puissant déployé par le PMU : relais dans les 13 200 points de ventes, animations spécifiques (duels et défi EpiqE Séries), super tirelires de 10 millions d’euros sur chaque date.

La collaboration avec le Groupe TF1, premier groupe audiovisuel privé français, a considérablement élargi le bassin d’audience de nos évènements, en permettant à près de 10 millions de téléspectateurs de découvrir cette nouvelle compétition.

TF1 a diffusé en direct le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et le Prix d’Amérique Opodo rassemblant en moyenne près de 1,3 million de personnes pour chaque évènement. En 2017, deux étapes supplémentaires profiteront de cette exposition.

La chaine LCI, quant à elle, a retransmis les 14 étapes en direct avec des moyens de production immersifs permettant aux téléspectateurs d’être plongés au coeur de l’évènement. Des pics d’audience à plus de 300 000 téléspectateurs ont été observés.

Ultime volet du partenariat avec TF1, la diffusion du programme court Saga Hippique tous les dimanches soir sur TF1, permet à près de 4 millions de téléspectateurs de découvrir toute la richesse de la filière et les coulisses du championnat.

L’ensemble du dispositif de communication a eu une portée importante auprès des publics cibles.

C’est le rappeur Joey Starr qui, le premier, a annoncé à la télévision, à la radio et sur les réseaux sociaux l’arrivée du championnat EpiqE Séries sous le slogan : « EpiqE Series, la course qui ne s’arrête jamais ».

Avec un plan média puissant, notamment en télévision avec la diffusion d’un spot de publicité avant chaque étape, ce sont plus de 800 millions de contacts au total qui ont été exposés à la marque EpiqE Series (90 % des individus de 25 à 49 ans ont vu en moyenne 18 fois le spot) sur l'ensemble de la saison.

La campagne de communication installe la nouvelle marque avec près de 59% des parieurs sportifs français âgés de 25 à 34 ans qui connaissent déjà la compétition.

Egalement, cette campagne commence à faire changer le regard porté par les Français à l’égard des courses de chevaux avec par exemple, un gain d’image positive de 27 points sur l’affirmation suivante : « Les courses sont un sport » sur les personnes exposées à la campagne.

Sur les réseaux sociaux, le championnat a trouvé un bon écho, notamment sur le coeur de cible des 25-34 ans avec près de 4 millions de vidéos vues sur Facebook et Twitter et un bon taux d’engagement de 20% (moyenne par publication).

Le 13 mai prochain, lancement de la saison 2 du championnat EpiqE Séries :

Si le programme de la saison 2 propose plusieurs nouveautés, le championnat EpiqE Séries se base toujours sur les mêmes fondamentaux :

- 1 seul label pour les 14 plus belles courses de chevaux en France

- 2 circuits, 2 allures

- Au Galop, les 7 plus grandes courses du calendrier pour le meilleur du galop

- Au Trot, toutes les courses qualificatives au Prix d’Amérique Opodo

Un classement final pour chaque circuit récompensera les meilleurs pilotes de la saison dans chaque discipline.

EPIQE DAYS, une nouvelle marque événement

2017 sera aussi l’occasion de découvrir un nouveau label EpiqE Days, qui mettra en lumière d’autres grands rendez-vous du calendrier et les autres disciplines majeures du trot et galop : l’obstacle et le trot monté. 4 grands rendez-vous ont été retenus en 2017, chacun concentré sur une journée ou un week-end avec des courses de haut niveau, le tout dans une ambiance festive et conviviale.

- Week-end du Grand Steeple Chase de Paris à Auteuil ;

- Journée du Prix du Président de la République à Vincennes ;

- Journée du Prix de Normandie / Prix des Elites à Vincennes ;

- Week-end des 48h de l’Obstacle à Auteuil.

LE CALENDRIER DE LA SAISON 2 EPIQE SERIES

GALOP

Poule d’Essai des Pouliches à Deauville

Poule d’Essai des Poulains à Deauville

Prix du Jockey Club à Chantilly

Prix de Diane Longines à Chantilly

Prix Haras de Fresnay Le Buffard Jacques Le Marois à Deauville

Qatar Prix Vermeille à Deauville

QATAR PRIX DE L’ARC DE TRIOMPHE (Finale) à Chantilly

TROT

Grand Prix de Bretagne à Vincennes

Grand Prix du Bourbonnais à Vincennes

Prix Ténor de Beaune à Vincennes

Critérium Continental à Vincennes

Grand Prix de Bourgogne à Vincennes

Grand Prix de Belgique à Vincennes

PRIX D’AMERIQUE OPODO à Vincennes

PALMARES DE LA SAISON 1

GALOP

Meilleur jockey : Maxime Guyon

Meilleur cheval : Siljan’s Saga

Meilleur propriétaire : Godolphin SNC

Meilleur entraîneur : Aidan O’Brien

TROT

Meilleur driver : Franck Nivard

Meilleur cheval : Bold Eagle

Meilleur propriétaire : Ecurie P.Pilarski

Meilleur entraîneur : Sébastien Guarato
10 mars
France Galop et Arioneo digitalisent l'entraînement du galopeur

Le 7 mars 2017, France Galop, société mère des courses de galop en France et Arioneo, startup spécialisée dans les objets connectés et le Big Data dédiés à la santé et la performance du cheval athlète, ont signé un contrat de partenariat exclusif. Arioneo, au travers de sa technologie Equimetre et de son application, permet ainsi à France Galop de digitaliser ses services dédiés aux entraîneurs et aux propriétaires.
9 mars
Cérémonie du drapeau à Longchamp : fin du chantier de gros-oeuvre

Mercredi 8 mars, hippodrome de Longchamp (Paris). – La cérémonie du Drapeau, qui marque traditionnellement dans le bâtiment la fin du gros-œuvre d’un chantier, s’est déroulée ce mercredi en présence de plus de 250 compagnons ayant œuvré sur ce projet, des dirigeants de Bouygues Bâtiment Ile-de-France et d’Édouard de Rothschild, président de France Galop.

Un platane a été symboliquement planté dans le rond de présentation à cette occasion, tandis qu’une visite du chantier a pu avoir lieu.

À huit mois de la livraison des installations, l’organisation de l’hippodrome commence à se matérialiser. On peut se projeter davantage dans le site, apprécier ses volumes, comprendre son mode de fonctionnement, le trafic des publics et les vues sur les pistes et le rond, alors que les écuries, comme les anciennes tribunes et le totalisateur, sont intactes et même partiellement rénovées au cœur de ce vaste chantier.

Édouard de Rothschild a salué le travail des équipes de Bouygues et apprécié ce symbole d’un « renouveau du galop, enraciné dans ses traditions et son histoire, mais aussi tourné avers l’avenir », tout en souhaitant que ce nouvel outil puisse « parler au cœur des amoureux des courses et des chevaux ».
8 mars
Prix Karcimont : le verdict des commissaires

(Communiqué France Galop). - Après examen du film de contrôle et audition des jockeys, les Commissaires ont maintenu dimanche 5 mars 2017, le résultat du Prix Karcimont sur l’hippodrome d’Auteuil, considérant que les chevaux classés à l’arrivée avaient régulièrement effectué le parcours. Par ailleurs les Commissaires ont sanctionné les jockeys Arnaud DUCHENE et Tristan LEMAGNEN par une interdiction de monter pour une durée de 20 jours pour s’être trompés de parcours, entraînant avec eux une partie du peloton.

Selon le code des courses de galop, les commissaires décident de la neutralisation d’une épreuve. Le principe de neutralisation concerne par usage des problèmes de sécurité, comme un jockey blessé ne pouvant être déplacé ou encore un cheval à terre au pied d’un obstacle en passe d’être refranchi. Dimanche, malgré les aléas de la course, ce n'était pas le cas. Des jockeys et leurs montures ont respecté le parcours et sept d’entre eux ont franchi régulièrement le poteau d’arrivée et avaient été joués par des parieurs.

France Galop est désolée du déroulement de cette course et de ses conséquences pour les turfistes. Sur les milliers de courses qui se déroulent chaque année, ce type d’incident est rarissime mais il ne peut être totalement évité.
3 mars
Nouveau en 2017 : limitation des pénalisations

Désormais, les chevaux placés dans les courses à conditions ne seront pas exposés à une hausse de leur valeur.
Les handicapeurs de France Galop ne pénaliseront plus les chevaux à l'arrivée de courses à conditions après cinq performances, à l'exception bien sûr des gagnants ! Si de telles éventualités sont rares, France Galop n'en est pas moins conscient qu'il puisse y avoir un effet dissuasif, et cette mesure vise à sécuriser les propriétaires et les entraîneurs qui redouteraient de voir leurs chevaux pénalisés dans l'optique d'une carrière au sein des handicaps.

Parmi les autres nouveautés annoncées mardi 28 février devant les repésentants de la presse, on notera :
- La réduction des périodes d'application des pénalités à 8 à 10 mois dans les courses de Groupe. Certaines conditions de courses en France imposaient des pénalités pour des performance splus anciennes jusqu'alors, et France Galop a voulu se mettre en conformité avec les normes européennes. De plus, ces pénalités ne pourront excéder 3 kilos.
- La réduction d'une à deux livres de l'écart de poids pour âge entre les 3ans et les 4ans. Ainsi, dans le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, les 3ans porteront désormais 3 kilos de moins que leurs aînés, et non plus 3,5kg. Dans le Prix Royal Oak, l'écart sera réduit d'un kilo.
28 février
Les obstacles de Compiègne prêts à J-7

Les nouvelles pistes d’obstacle et de plat de Compiègne ont reçu lundi la visite de quelques professionnels puis de la presse, une semaine pile avant que ne s’y déroule la première réunion transférée d’Enghien.
Une vingtaine de professionnels a découvert lundi le tour des pistes d’obstacle et de plat de Compiègne mené par Antoine Gilibert (photo à droite), président de la société des courses, Jean d’Indy (photo à gauche), président du Conseil de l’obstacle à France Galop, Bernard Gourdain, qui a supervisé les travaux au nom du conseil de Compiègne, et Tristan Le Royer, chargé de mission par France Galop aux pistes et obstacles.

Antoine Gilibert a rappelé que les derniers drains avaient été posés seulement dix jours plus tôt en raison des conditions climatiques difficiles, et que les engazonnements les plus récents dataient de trois jours seulement. Mais les tracés utilisés à partir de lundi, sans les diagonales, sont prêts.

Les obstacles ont dans l’ensemble été appréciés par les visiteurs, jockeys et entraîneurs, curieux d’essayer ces nouveaux terrains, et ces parcours encore susceptibles d’évoluer pour coller aux spécifications de leurs usagers. Ce sera peut-être le cas du « vert » suivant le talus dans la ligne d’en face, que les jockeys souhaitent voir aménagé pour mieux préparer l’open-ditch qui suit.

La voie de dégagement prévue sur la piste de haies en face –elle est à présent large de 20 mètres, entre la piste de steeple (15m) à son intérieur, et la piste de plat à son extérieur, est une nouveauté que les jockeys apprécieront.

Le gros open-ditch au milieu de la ligne d’en face, comme le fence placé dans le tournant « final », qui sera élargi et placé un peu après en fin d’année, ont semblé satisfaire les professionnels présents, dont les Mansonniens Patricia Butel, Jean-Paul Gallorini, Yannick Fouin, Jehan Bertran de Balanda et les cantiliens Marcel Rolland et Patrice Lenogue, ou encore les jockeys Erwan Chazelle et Régis Schmidlin, de même que Thierry Doumen et Thierry Gillet.

« C’est un chantier en cours, a bien fait remarquer Tristan Le Royer, c’est-à-dire qu’il est en constante évolution. L’expérience des premières réunions nous servira pour la suite des aménagements, et pour corriger ce qui devrait l’être. »

La décision de quitter Enghien et de transférer la plupart de ses réunions à Compiègne n’a pas été facile, comme l’a rappelé Jean d’Indy, « mais il fallait avancer et nous avons décidé d’aller vite une fois que la décision était prise. Nous avons beaucoup travaillé avec les professionnels et les équipes de Compiègne pour que ce chantier donne satisfaction. Le projet a ainsi évolué. On se demande s’il n’aurait pas fallu continuer à Enghien en attendant la fin complète des travaux, mais c’est impossible. D’abord parce que le Trot nous a demandé de lui rendre un hippodrome visiblement propre, alors que nous avons récupéré une partie des matériaux que nous avions utilisés là-bas. Ensuite parce que c’était une question d’économie, et que courir plus longtemps à Enghien, même une partie de l’année seulement, minimisait nos économies. Il fallait tourner la page et nous l’avons tournée. Sans plaisir, mais avec efficacité. Ces travaux auront coûté environ 1,2 million d’euros, un peu plus que le million d’euros que nous avions budgétés pour ce transfert de l’obstacle, mais on peut arguer que les pistes de plat aussi vont bénéficier de cette réorganisation. Cela correspond à peu près à six mois d’économies réalisées avec ce transfert. »

Malgré le temps maussade de cette matinée d’hiver, la trentaine de participants du matin a fait preuve d’un esprit très constructif en découvrant ce nouvel équipement, dont les travaux ont commencé en fin de saison l’année dernière, c’est-à-dire à la fin du mois d’octobre… « L’équipe de Compiègne a su prouver une fois encore qu’elle savait allier tradition et modernité en relevant le défi de ce chantier, a estimé Antoine Gilibert. Nous nous sommes mis au service de l’institution, au-delà des polémiques, pour remercier France Galop de nous avoir choisis pour accueillir ces réunions d’Enghien, et la société-mère a joué le jeu. Nos équipes ont travaillé sans relâche dans des conditions difficiles, cet hiver, pour aménager 2km de piste environ et engazonner trois hectares. Je tenais à leur tirer mon chapeau pour ce travail, effectué avec un personnel réduit mais très motivé. »

Rendez-vous lundi 6 mars pour le premier des huit rendez-vous d’obstacle à Compiègne avant la pause estivale et la reprise automnale, à la fin de la deuxième phase du chantier. Dans la mesure du possible, compte tenu des aménagements nécessaires pour passer sur ces parcours provisoires d’une spécialité à l’autre, les courses de haies et les steeple seront séparés dans chaque journée. Lundi, par exemple, on commencera par cinq courses de haies, dont le Prix Spumate (L), suivies par trois steeple-chases.

27 février
Remise des poids des femmes applicable dès les déclarations de lundi .

À partir du 1er mars, toutes les femmes bénéficieront d'une remise de poids de 2kg sans distinction d'âge, ni d'expérience. Cette mesure sera donc applicable dès la déclaration de montes du lundi 27 février 2017.

(Communiqué France Galop). - Edouard de Rothschild, Président de France Galop, s’est toujours mobilisé pour la promotion des femmes dans les courses de Galop, notamment en mettant en place il y a 10 ans un programme de courses réservées aux femmes jockeys ou à l’occasion du premier Quinté 100% féminin qui s’est couru le 23 octobre 2016 sur l’hippodrome de Saint-Cloud.

A compter du 1er mars 2017, France Galop mettra en application une remise de poids de 2 kilos pour les femmes montant en course. Cette décision pionnière sur la scène internationale des courses s’appliquera sans restriction d’âge ni de nombre de victoires. C’est une démarche volontariste qui a pour ambition de permettre aux femmes d’être plus présentes dans les courses de Galop, l’un des rares sports mixtes.
Jean-Pierre Colombu, Vice-Président de France Galop et Président du Conseil du Plat, déclare pour sa part : « L’instauration d’une remise de poids pour les femmes dans les courses de Galop est une véritable opportunité pour elles. En effet, cette mesure est de nature à encourager les propriétaires et les entraîneurs à faire aussi bien monter, en courses l’après-midi que le matin à l’entrainement, les nombreuses femmes qui travaillent dans les écuries de courses. »
Dans la filière du Galop, une centaine de femmes jockeys sont en activité sur près de 600 professionnels, un effectif en augmentation de 36 % en 10 ans. Néanmoins, les femmes jockeys sont à ce jour moins présentes en compétition que leurs collègues masculins.
La mise en place de cet avantage répond aussi à l’engagement croissant des femmes dans la filière des courses de chevaux. Depuis près quinze ans, l’Afasec, l’école préparant aux métiers des courses, compte systématiquement à chaque rentrée, une majorité de filles (de l’ordre de 60% des élèves). Ainsi, les femmes représentent désormais un tiers des effectifs des écuries de courses, soit le double d’il y a 20 ans. Et chez les moins de 20 ans, on compte même plus de 50 % de femmes dans les effectifs !

EN PRATIQUE

Cette remise de poids pour les femmes jockeys s’appliquera à 90% des courses de galop, à l’exception :

En Plat :

des courses réservées aux femmes jockeys,
des courses à conditions de Classe 1,
des handicaps support Evénement,
des Listed Races (y compris réservées aux Pur-sang Arabe),
des courses de Groupes (y compris réservées aux Pur-sang Arabe et aux AQPS).

En Obstacle :

des handicaps support Evénement,
des Listed Races,
des courses de Groupes.

La remise de poids accordée aux femmes se cumulera aux remises de poids déjà accordées aux apprentis et aux jeunes jockeys en Plat et aux remises de poids accordées aux apprentis, jeunes jockeys et jockeys dans certaines courses à obstacles. Toutefois, ce cumul ne pourra pas excéder un total de 4,5 kilos.

Enfin, un dispositif équivalent de remise de poids de 2 kg est prévu pour les cavalières dans les courses mixtes d’amateurs et dans les courses de professionnels qui leur sont ouvertes.
24 février
France Galop signe l'appel à un retour au taux réduit de TVA


Communiqué GESCA (Groupe des Entreprises du Secteur Cheval en Agriculture)

Les Présidents des Maisons Mères

Serge Lecomte, Président de la Fédération Française d’Equitation;
Dominique de Bellaigue, Président de la Société Le Trot;
Yves Chauvin, Président de la Société Hippique Française;
Edouard de Rothschild, Président de France Galop;
Eric Rousseaux, Président de la Société Française des Equidés de Travail;

Les Présidents des organisations des secteurs de la Filière Equine

Equitation : Groupement Hippique National - Syndicat National des Entreprises de Tourisme Equestre;

Courses : Association des Entraineurs de Galop - Association des Entraineurs Propriétaires - Association France Débourrage – Les Actionnaires du Galop - Province-Paris pour le Galop Français – Syndicat des Etalonniers Particuliers du Trot - Syndicat des Entraineurs, Drivers et Jockeys de Trot - Syndicat National des Propriétaires de Trotteurs - Syndicat National des Propriétaires de Chevaux de Course au Galop;

Commerce : Chambre Syndicale du Commerce des Chevaux de France - Association Française des Courtiers en Chevaux de Galop – Union Nationale Interprofessionnelle du Cheval;

Elevage : Fédération des Eleveurs du Galop - Fédération Bretonne des
Eleveurs et Utilisateurs de Poneys et Petits Chevaux – Groupement pour l’Amélioration de l’Elevage du Trotteur Français – Groupement des Eleveurs de Trotteurs du Sud-Ouest - Association des Eleveurs et Propriétaires de Chevaux AQPS - Association Stud-Book Selle Français - Association Française du Poney Dartmoor - Association des Trotteurs du Maine - Association des Eleveurs de Trot du Centre Est – Association Nationale du Poney Français de Selle - Association des Anglo-Normands - Union des Propriétaires et Eleveurs de Chevaux de Trot des Hauts-de-France - Syndicat National des Eleveurs de Chevaux Trotteurs Français;

Soutien : Fédération Nationale des Conseils des chevaux et/ou des Equidés de France - Association nationale Femme Cheval Passion;
signeront l’appel conjoint POUR UN RETOUR AU TAUX REDUIT DE TVA lors de la Conférence de Presse : LA TVA S’EMBALLE, LE CHEVAL VA MAL

Lundi 27 février 2017 à 15h au Salon International de l’Agriculture, Porte de Versailles à Paris.

Retrouvez toute l’actualité sur www.lechevalvamal.fr et suivez-nous sur twitter @lechevalvamal #lechevalvamal
13 février
Les groupes français ont leur site : Thefrenchblacktype.com

France Galop et le French Racing and Breeding Committee ont développé un nouveau site Internet en anglais pour promouvoir le programme de sélection français auprès de tous les professionnels dans le monde. Thefrenchblacktype.com est conçu pour faciliter la recherche des meilleures courses du programme français selon des critères d'âge, de sexe, de distance et de niveau des chevaux, autant en plat qu'en obstacle. Il suffit de sélectionner les critères requis et le site vous propose toutes les courses correspondantes, Listed races et courses de Groupe, leurs conditions et les derniers lauréats.

Développé pour s'adapter à tous les appareils, Thefrenchblacktype.com fonctionne également sur les portables.
6 février
Remise de 2 kg pour les femmes

À partir du 1er mars, toutes les femmes bénéficieront d'une remise de poids de 2kg sans distinction d'âge, ni d'expérience.
(Communiqué France Galop). - Edouard de Rothschild, Président de France Galop, s’est toujours mobilisé pour la promotion des femmes dans les courses de Galop, notamment en mettant en place il y a 10 ans un programme de courses réservées aux femmes jockeys ou à l’occasion du premier Quinté 100% féminin qui s’est couru le 23 octobre 2016 sur l’hippodrome de Saint-Cloud.
A compter du 1er mars 2017, France Galop mettra en application une remise de poids de 2 kilos pour les femmes montant en course. Cette décision pionnière sur la scène internationale des courses s’appliquera sans restriction d’âge ni de nombre de victoires. C’est une démarche volontariste qui a pour ambition de permettre aux femmes d’être plus présentes dans les courses de Galop, l’un des rares sports mixtes.
Jean-Pierre Colombu, Vice-Président de France Galop et Président du Conseil du Plat, déclare pour sa part : « L’instauration d’une remise de poids pour les femmes dans les courses de Galop est une véritable opportunité pour elles. En effet, cette mesure est de nature à encourager les propriétaires et les entraîneurs à faire aussi bien monter, en courses l’après-midi que le matin à l’entrainement, les nombreuses femmes qui travaillent dans les écuries de courses. »
Dans la filière du Galop, une centaine de femmes jockeys sont en activité sur près de 600 professionnels, un effectif en augmentation de 36 % en 10 ans. Néanmoins, les femmes jockeys sont à ce jour moins présentes en compétition que leurs collègues masculins.
La mise en place de cet avantage répond aussi à l’engagement croissant des femmes dans la filière des courses de chevaux. Depuis près quinze ans, l’Afasec, l’école préparant aux métiers des courses, compte systématiquement à chaque rentrée, une majorité de filles (de l’ordre de 60% des élèves). Ainsi, les femmes représentent désormais un tiers des effectifs des écuries de courses, soit le double d’il y a 20 ans. Et chez les moins de 20 ans, on compte même plus de 50 % de femmes dans les effectifs !

EN PRATIQUE

Cette remise de poids pour les femmes jockeys s’appliquera à 90% des courses de galop, à l’exception :

En Plat :

des courses réservées aux femmes jockeys,
des courses à conditions de Classe 1,
des handicaps support Evénement,
des Listed Races (y compris réservées aux Pur-sang Arabe),
des courses de Groupes (y compris réservées aux Pur-sang Arabe et aux AQPS).
En Obstacle :

des handicaps support Evénement,
des Listed Races,
des courses de Groupes.
La remise de poids accordée aux femmes se cumulera aux remises de poids déjà accordées aux apprentis et aux jeunes jockeys en Plat et aux remises de poids accordées aux apprentis, jeunes jockeys et jockeys dans certaines courses à obstacles. Toutefois, ce cumul ne pourra pas excéder un total de 4,5 kilos.

Enfin, un dispositif équivalent de remise de poids de 2 kg est prévu pour les cavalières dans les courses mixtes d’amateurs et dans les courses de professionnels qui leur sont ouvertes.
2 février
France-galop.com sur votre smartphone !

La version mobile du site grand public france-galop.com est désormais disponible sur votre smartphone.
La version mobile du site france-galop.com a été spécialement développée pour vous permettre d’accéder en mobilité à l’essentiel des fonctionnalités du nouveau site à partir de votre smartphone :

en vidéo et en direct Live, toutes les courses Premium de galop sur votre smartphone, gratuitement,
en vidéo, tous les replays de toutes les courses de galop sur votre smartphone, gratuitement,
l’accès immédiat aux programmes des courses du jour, de la veille et du lendemain, avec leurs résultats en direct,
l'accès immédiat aux classements et aux palmarès des chevaux et des professionnels,
toutes les données sur chaque cheval et sur chaque professionnel.
La présentation des données a été organisée de façon à ce que vous puissiez les lire sans zoomer ni modifier le cadrage des écrans, et naviguer facilement de l’un à l’autre.

Le développement d’un site web spécifique aux professionnels du galop est en cours.

Bienvenue sur France-galop.com, le site mobile des courses de galop !
31 janvier

Nouvelles règles sur l’usage de la cravache

Le nombre de coups de cravache tolérés en course passe de huit à six à partir du 1er février.
À partir du 1er février, le nombre de coups de cravache à partir duquel les jockeys s’exposent à une sanction passe de huit à six. Il est déjà successivement passé de 12 à 10, puis de 10 à 8 il y a une dizaine d’années.

Cette décision relève de l’autorité des Commissaires de France Galop, responsables du code des courses qui réfléchissaient depuis quelques mois déjà à la mise en place de nouvelles normes dans ce domaine.

Dans un premier temps, ils étaient tombés d’accord sur cinq coups, mais en concertation avec les délégués de l’Association des Jockeys, ce nouveau palier à été ramené à six, suivant ainsi le rythme imprimé lors des précédentes mesures.

Parallèlement, les recommandations de sanctions applicables en cas de dépassement se sont un peu durcies. Jusqu’à présent, deux paliers étaient considérés dans le jugement de ce type d’infraction : une amende de 75€ minimum pour 9 à 10 coups, portée à 150 € de 11 à 14 coups, avec une interdiction de monter au-delà, cela sans tenir compte des malus pour récidive. Désormais, un seul palier sera pris en compte : toujours 75€ minimum pour 7 à 10 coups, mais une interdiction de monter dès le 11ème coup.

Il faut noter que ce barème ne fait pas partie de l’article 171 du code qui régit l’utilisation de la cravache en course. C’est une recommandation donnée aux Commissaires précisant cet article pour harmoniser les sanctions sur tout le territoire, quels que soient les hippodromes et le niveau des courses.

S’il devait être inscrit dans l’article 171, ce barème deviendrait automatique et ne laisserait pas de marge de manœuvre aux Commissaires, qui peuvent considérer actuellement des cas d’utilisation de la cravache d’une brutalité particulière, par exemple.

À la direction opérationnelle des courses, Henri Pouret a expliqué : « Il semble que désormais, nos interlocuteurs chez les jockeys aient perçu la nécessité de ces mesures. On peut noter aussi qu’il n’y a plus de problèmes endémiques dans les rangs des jockeys, qui dans l’ensemble respectent ces règles. Le nombre des infractions reste relativement faible : une amende pour 15 courses en moyenne au niveau national l’année dernière. Ce qui est nouveau, c’est la conviction que ce mouvement allait se poursuivre dans le temps et l’idée qu’un jour, l’usage de la cravache devienne préventif et exclue la sollicitation des chevaux fait son chemin. »

Le bien-être animal est devenu un point sensible dans notre société. Les cravaches d’aujourd’hui n’ont pas la même rigidité que dans le passé : les padded-whips ou soft-whips garnies de mousse qui sont les seules réglementaires à présent font plus de bruit que de mal. Cependant, le geste du jockey peut continuer de heurter le public, notamment lorsque ce spectacle est largement diffusé à la télévision.

Les nouvelles recommandations

Jusqu’au 1er février :

8 à 10 coups : amende de 75€ minimum
11 à 14 coups : amende de 150 € minimum
15 coups et plus : interdiction de monter de 6 jours minimum
À partir du 1er février :

7 à 10 coups : amende de 75€ minimum (2ème infraction : interdiction de monter d’1 jour ou plus)
11 coups et plus : interdiction de monter de 6 jours minimum
Le Conseil juridictionnel de France Galop a aussi précisé : « Durant le parcours, tout jockey qui utilisera sa cravache de manière brutale alors qu’il n’est visiblement plus en mesure d’obtenir une allocation, sera passible d’une interdiction de monter », tout comme « l’usage abusif de la cravache derrière les stalles de départ ».

À l’étranger

Traditionnellement en Grande-Bretagne, il n’y avait pas de nombre maximum de coups portés ; c’est-à-dire que les infractions étaient laissées au jugement des Commissaires. Une tentative de légiférer dans ce domaine, à l’automne 2006, a rencontré une forte opposition des jockeys et les stewards ont finalement décidé de recommander un nombre maximal de coups de cravache, 7 en plat et 8 en obstacle.

En Irlande, aucune disposition précise n’est en place s’agissant du nombre de coups.

En Allemagne, le nombre de coups maximum est 5 et la sanction immédiate est une interdiction de monter de 14 jours (21 puis 28 pour les récidives), et les jockeys perdent 50 à 100% de leur pourcentage en cas de victoire au-delà de six coups : le Direktorium, qui gère le code outre-Rhin, était même allé jusqu’à considérer sérieusement la rétrogradation pour abus de la cravache à l’issue d’un Derby de Hambourg controversé.

La Norvège est évidemment l’exemple le plus abouti en la matière puisque là-bas, il est interdit de solliciter un cheval avec la cravache.
30 janvier
Les nouveaux propriétaires sur la Route des Etalons

Les 21 et 22 janvier derniers s’est tenue la 8ème édition de la Route des Etalons, une opération journées portes ouvertes des haras d’élevage de pur-sang en Normandie. Le Département Propriétaires de France Galop, représenté cette année par Dieyla Dia et Laurianne Faure, a accompagné une trentaine de nouveaux propriétaires à la découverte du monde de l’élevage.
L’invitation à découvrir la Route des étalons lancée par le Département Propriétaires de France Galop s’adressait aux propriétaires ayant déclaré leurs couleurs en 2016. Au fil du week-end, ils ont pu visiter six haras normands (Montaigu, Petit Tellier, Grandcamp, Logis Saint Germain, la Hêtraie et Etreham) sur un parcours total de plus de 500 km ! Chaque hôte avait préparé un chaleureux accueil aux représentants de ces jeunes casaques, encadrés par le Département Propriétaires de France Galop : petit déjeuner sur l’hippodrome de Deauville-La Touques, transport organisé en bus, étapes préparées en partenariat avec les gérants de haras, invitation au cocktail du samedi soir organisé par le French Racing and Breeding Committee et la Fédération des Éleveurs de Galop avec le soutien des partenaires de la Route des Etalons.

L’événement était aussi l’occasion pour le Département de présenter les services et avantages dédiés aux propriétaires et de mieux comprendre leurs attentes. Les participants ont aussi pu rencontrer leurs homologues et partager leurs expériences, pour développer l’esprit de communauté entre propriétaires.

Invité bienvenu sur la Normandie, le soleil a réchauffé les cœurs, les esprits -et les mains !- en embellissant encore les paysages hivernaux de la région, les splendides installations des haras et les vedettes de la journée : quelques-uns des meilleurs étalons de France dans leur costume de mariés !
27 janvier
Conditions des courses plates premium et Bulletin Officiel N°1 publiés


Les conditions des courses plates Premium du 1er semestre 2017 (jusqu'au 31 mai) sont publiées sur la docuthèque, avec celles des Prix du Jockey Club (4 juin), Prix de Diane Longines (18 juin) et du Juddmonte Grand Prix de Paris (14 juillet).

L’envoi de la version papier des brochures est prévu le 31 janvier pour l’Obstacle et le 7 février pour le Plat.

En outre, le N°1 du Bulletin Officiel est également désormais disponible dans la docuthèque sur www.france-galop.com
25 janvier
Nouveau dispositif d’information sur l’état des PSF de Chantilly et Deauville


France Galop met en place une mesure de l’état de la piste en sable fibré (PSF) de Chantilly dès le 27 janvier 2017 et à Deauville à partir du 1er mars 2017.
Communiqué France Galop. - France Galop met en place une mesure de l’état de la piste en sable fibré (PSF) de Chantilly dès le 27 janvier 2017 et à Deauville à partir du 1er mars 2017.

Les mesures sont relevées à l’aide d’un Compactomètre de Clegg Sols Sportifs. Cet outil est indispensable pour permettre aux directeurs de ces hippodromes et aux équipes de réaliser le meilleur entretien possible de la piste.

Le Compactomètre de Clegg permet de mesurer l’élasticité et la plasticité de la PSF qui peuvent être influencées par les températures extrêmes, chaudes ou froides, et la neige.

Le matin, trente mesures de Clegg seront prises sur cinq emplacements du parcours PSF. Lors de chaque mesure, trois chocs seront réalisés. Une moyenne sera calculée à partir des chiffres du 1er, 2ème et 3ème choc pour chaque emplacement.

Un qualificatif de l’état de la piste sera publié à j-1 et le jour J de la réunion :

LENT
STANDARD
RAPIDE
TRES RAPIDE

L’objectif est d’avoir un état de la piste STANDARD suivant les conditions météorologiques.
23 janvier
LES SITES WEB DES CENTRES D’ENTRAINEMENT DE FRANCE GALOP

Le site web officiel de France Galop sur les centres d’entrainement de chevaux de Chantilly, Maisons-Laffitte et Deauville. Disponible via le portail www.cefg.fr, il permet de retrouver toute l’actualité des centres ainsi que des infos indispensables pour tous les professionnels.

Afin de répondre à une demande croissante des acteurs du galop, chaque site est doté d’une rubrique INFOPROS permettant aux professionnels des courses d’être informés en temps réel sur l’actualité du centre d’entrainement : prévisions météo, ouvertures ou fermeture de pistes à l’entrainement, travaux en cours. Egalement, cette nouvelle plateforme regroupe tout ce qu’il faut savoir sur chaque centre d’entrainement à travers le référencement des entraineurs qui y exercent, les chevaux stars des centres ou encore les infrastructures.

Ces 3 sites web sont une nouvelle étape de la digitalisation des outils de France Galop, et de modernisation de ses relations avec les acteurs du galop.
23 janvier
CENTRE D'ENTRAÎNEMENT DE CHANTILLY

Matthieu VINCENT

Directeur de Centre d’Entraînement et de l’Hippodrome.
Assure une dynamique par la constante recherche de l’efficacité et de l’amélioration des techniques, dans le seul but de proposer aux professionnels des pistes de qualité quelque soit le temps, le nombre de chevaux, le nombre de courses et les évènements.

Marin LE COUR GRANDMAISON

Adjoint au Directeur
Assure la coordination transverse entre les équipes. En charge du contrôle régulier de la qualité des pistes et du bon déroulement quotidien de l’entraînement. Responsable de l’accueil et du suivi des nouveaux entraîneurs lors de leur installation à Chantilly.

Laure DABROWSKI

Administration – Comptabilité
En charge du contrôle budgétaire, du suivi des commandes et des factures, référante en matière comptable.

Gwenaëlle LE BRETON

Administration - Service paie
En charge du suivi du personnel, référante en matière de ressources humaines.

Violaine BAVILLE

Administration
En charge du secrétariat, du suivi de la formation, de la diffusion des informations en interne et de la communication auprès professionnels.

David JEAUNEAU

Responsable du Services Electricité et Réseaux
En charge du réseau courant fort et faible, son et vidéo, répond à toute demande spécifique en matière d’électricité lors des grands évènements comme le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane Longines.

Olivier STIRNEMANN

Responsable de la sécurité sur les pistes
Veille au bon déroulement de l’entraînement et à la sécurité sur le centre.
Assure les interventions avec les secours lors d’accidents sur les pistes.
Gère la « comptabilité chevaux » du centre d’entraînement.

Jean François COLOMBEL

Responsable de l’Equipe Qualité des Pistes
Responsable de l’équipe en charge de la qualité et de la régularité des pistes en sable et en sable fibré, travaillées avec niveleuses et graders. Assure également la réalisation de créations éphémères lors d’évènements comme le Prix de Diane Longines.

Pascal DUWER

Responsable de l’Equipe de l’Hippodrome de Chantilly
Installation maitresse pour l’organisation des courses de Chantilly : son entretien doit se conjuguer avec la beauté du lieu et l’élégance des évènements.

Sébastien CERNOIS

Responsable de l’Equipe Mécanique
En charge de l’ensemble de la mécanique du site de Chantilly, qui compte un grand nombre de tracteurs de toutes sortes.

Etienne BRICHE

Responsable de l’Equipe des Aigles
Un passionné de gazon pour gérer l’équipe en charge de l’entretien des terrains d’entraînement des Aigles, dotés de plus de 120 hectares de pistes dont 70 hectares en gazon.

David PAUL

Responsable de l’Equipe en charge de la Maintenance du Patrimoine Immobilier et de l’Arrosage
En charge de grands projets tels que la gestion et l’installation de chaudières à pellets de bois, et l’arrosage des pistes par eau de forage.


Jean Luc GACHE

Responsable de l’Equipe de Lamorlaye-Coye La Forêt
Un spécialiste des obstacles en charge de l’équipe qui entretient les nombreuses pistes de Lamorlaye et Coye la Forêt, et leurs 86 obstacles.
18 janvier
Le transfert des réunions d’Enghien au 1er semestre : calendrier, parcours et travaux

Le programme printanier sur les obstacles d'Enghien a été surtout réaffecté à Compiègne. À moins de deux mois de son ouverture, voici un point sur la façon dont les courses ont été redistribuées dans le calendrier, la nature des travaux entrepris à Compiègne et leurs principales échéances...

Huit des dix réunions printanières d’Enghien ont été déplacées à Compiègne, ainsi qu’à Auteuil (28 février avec événement) et Clairefontaine (19 juin), qui récupèrent tous deux une réunion.

Traditionnellement concentré de la fin de février au début de mai, le calendrier de Compiègne a été « décompacté » pour courir jusqu’en juin.

Vous pouvez télécharger ici un tableau regroupant les principales épreuves du meeting et leur nouveau calendrier.

Cette modification de calendrier permet notamment au chevaux ne souhaitant pas courir à Auteuil de trouver des courses à Compiègne et, dans une moindre mesure, à Clairefontaine, quelques semaines avant le début du meeting estival d’obstacle à Deauville.

L’année dernière à Enghien, les espaces entre deux réunions étaient de 5 à 13 jours, et plusieurs courses de sélection se disputaient à deux semaines d'intervalle. Cette année, l’espace moyen est passé de 6,2 jours à plus de 10, avec deux pauses importantes : 18 jours du 4 au 22 avril, et presque un mois du 16 mai au 19 juin, la dernière réunion se déroulant à Clairefontaine, comme on l’a vu, dans un contexte différent.

Les courses principales du circuit jusqu’alors dévolu à Enghien au premier semestre sont ainsi séparées de trois semaines à un mois, selon les cas, et toutes ont lieu à Compiègne.

Les parcours de Compiègne

La piste plate est transférée à l’extérieur des parcours à obstacles, à l’intérieur sont tracés deux parcours de steeple-chase intégrant les transversales, entre ces deux parcours est tracé le parcours de haies.

Transfert de la piste plate sur l’ancienne piste de haies :

permettant de ne plus couper les parcours,

déplacements des miradors,

transfert du départ des 1 800m dans l’axe de la piste plate,

départ du 2 100m moins « sec ».

Création d’une piste de steeple-chase « bis » afin de permettre :

aux jeunes chevaux d’utiliser des parcours plus coulants,

de diversifier les parcours.

Elargissement de la piste de haies, ligne d’en-face, afin de créer des possibilités de contournement d’obstacles (by-passing) en cas de chute, et sécuriser ainsi des épreuves pour éviter autant que possible la neutralisation des courses.

Planning des travaux

L’ensemble des parcours de Compiègne ne sera opérationnel qu’à compter de mars 2018 compte tenu des travaux (terrassement, obstacles et arrosage) mis en œuvre sur l’hippodrome du Putois depuis l’automne 2016.

1er semestre 2017, de mars à mai 2017

Il s’agit d’une période transitoire permettant aux travaux partiels entrepris à l’automne de donner satisfaction pour le 2nd semestre.

Restriction des parcours de steeple-chase aux niveaux des deux connexions de pistes avec les transversales,

Utilisation de la piste de haies dans la ligne d’arrivée,

Restriction temporaire des parcours de steeple-chase (3 800m et 3 400m),

Parcours de plat : pas de départ aux 1 800m et limitation du nombre de partants pour les épreuves sur 2 100m et 2 400m,

Zones terrassées cet automne/ jonctions non praticables : transfert provisoire sur la piste de haies.

2nd semestre 2017 de septembre à novembre 2017

Ouverture des deux transversales, réutilisation de la piste de steeple-chase et transfert du départ des 1 800m.

Réouverture en mars 2018 : version définitive des parcours

Utilisation de la nouvelle piste de steeple-chase intérieure qui n’est plus commune avec la piste de haies,

Utilisation de la nouvelle ligne d’arrivée de steeple-chase,

Utilisation de la nouvelle piste de steeple-chase « bis ».
17 janvier

Le meeting d’obstacle à Cagnes-sur-mer s'est achevé mardi 10 janvier. Dix réunions se sont déroulées du 5 décembre à cette date de clôture, avec au total 73 courses de haies et de steeple au programme.
Chez les propriétaires, la casaque orange et marron de Xavier Képa a encore connu une belle réussite sur les bords de la Méditerrannée avec la complicité de son entraîneur attitré, François-Marie Cottin. Le duo a signé quatre victoires et enlevé plus de 168 000 € en allocations. Pas de grande victoire dimanche dernier mais de beaux résultats avec la 2ème place de Champ de Bataille (Dream Well) dans la Grande Course de Haies de Cagnes (L), la quatrième place de Karelcytic (High Rock) dans le Grand Prix (Gr3) et un succès pour finir dans le handicap grâce au vétéran Hawk The Talk (Hawk Wing).

Dans le sillage du leader, on trouve Hubert de Waële, dont la principale représentante Mallorca (Falco) a remporté le Grand Prix après la course préparatoire, ce qui porte ses gains sur le meeting à 112 600 €, alors que son propriétaire a accumulé 147 910 € en tout grâce aussi au succès de sa récente acquisition à réclamer, Grand Départ (Astarabad), dans le Grand Steeple des 4ans (L).

Troisième au classement des propriétaires du meeting, Martine-Pascale Laborde a vu ses couleurs s’imposer dans un des trois Quintés+ du meeting lorsque Flight Zéro (Zero Problemo) a gagné le handicap du jour, le 28 décembre. C’est aussi grâce à leur succès dans un handicap-Quinté+ que l’écurie RE (4ème) et Teddy Windrif (10ème) intègrent le top 10 de cette saison.

Chez les entraîneurs, le Mansonnien Yannick Fouin se succède à lui-même avec 13 victoires et 475 955 € de gains. Il devance François-Marie Cottin (10 succès et 384.830 € de gains) et Patrice Lenogue (7 victoires et 300 065 €).

Deux jockeys se partagent la première place du meeting avec chacun six succès : Baptiste Même et Maximilien Farcinade. Le premier nommé, auteur de 38 succès dans la discipline au fil de sa jeune carrière, devance toutefois le second aux gains. Avec 221 020 € au compteur de ses montes, il n’est pas loin de compter le double des gains de son rival. Il faut préciser que Baptiste Même a surtout monté pour l’écurie leader du meeting, celle de Yannick Fouin. Maximilien Farcinade, qui compte un total de 25 succès en obstacle, a pour sa part été associé en majorité aux chevaux entraînés par Patricia Butel.

Le meeting de plat à Cagnes-sur-mer débute samedi 14 janvier pour vingt réunions jusqu’à la clôture du 27 février.
16 janvier
A la suite de la réunion des acteurs de la filière équine organisée au Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, le 11 janvier 2017, les Présidents des Sociétés-mères, Edouard de ROTHSCHILD (France Galop) et Dominique de BELLAIGUE (LeTrot) se félicitent de l’initiative du Gouvernement, portée par MM. Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement, Patrick KANNER, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Christian ECKERT, Secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes Publics et Thierry BRAILLARD, Secrétaire d’Etat chargé des Sports, afin d’engager une réflexion visant à définir une stratégie commune pour relancer l’économie de ce secteur.

En plaçant la relance de l’économie des courses au centre des problématiques rencontrées par la filière équine, l’Etat reconnait l’importance des courses hippiques en France, tant sur le plan économique et agricole que sur le plan social et culturel.

Après avoir exprimé leurs inquiétudes et leurs attentes concernant la fiscalité sur les paris hippiques et les taux de TVA appliqués aux activités équines, les présidents des sociétés mères accueillent avec intérêt la proposition des trois groupes de travail comme autant d’opportunités pour relancer une activité en difficulté depuis 2010.

Elles participeront aux groupes ainsi constitués afin de définir une stratégie commune et appellent de leurs vœux un contrat de filière qui engagerait l’Etat et l’Institution des Courses.
12 janvier

Handicap optional Plat 2017 et nouveautés sur le programme handicap

France Galop souhaite renforcer l’attractivité des courses à Handicap auprès d’un plus grand nombre de professionnels des courses et étendre le programme de Handicaps vers des chevaux affichant de plus fortes valeurs... (téléchargez le handicap optional 2017 sur www.france-galop.com)
Plusieurs actions sont menées dans le programme 2017 pour élargir la cible des effectifs concernés par les courses à handicap.

Les objectifs recherchés sont de sensibiliser un plus grand nombre de propriétaires et d’entraîneurs et de faire progresser les enjeux en proposant aux parieurs des compétitions de meilleure qualité.

En 2016, le programme des Handicaps a représenté 30 % des courses de Plat en France. Ces courses sont très majoritairement destinées aux chevaux d’âge puisque 79 % des Handicaps en Plat s’adressent à cette catégorie, contre seulement 20 % aux 3 ans et 1 % aux 2 ans.

Le programme des Handicaps concerne également principalement les chevaux de catégorie « moyenne » et seules 12 courses (Grands Handicaps) appellent des chevaux de valeur supérieure à 38/40 k.

A titre de comparaison, le programme de Plat en Grande-Bretagne propose 52 % de Handicaps dont 22 courses de très haut niveau (Les Heritage Handicaps) qui connaissent un succès notable (nombreux partants et enjeux élevés).



Nouveauté 2017 : Les Handicaps ” Optional ”
Pour sensibiliser les entraîneurs au programme de courses à Handicap, 2 nouvelles courses sont créées en 2017 :



Optional 1 : le samedi 11 mars 2017, à Saint-Cloud, sur 1600 m.

Dotation totale : 35 K€ (7 allocations)

Condition : Pour poulains entiers, hongres et pouliches de 3 ans.



Optional 2 : le mardi 21 mars 2017, à Chantilly, sur 1900 m. PSF

Dotation totale : 35 K€ (7 allocations)

Condition : Pour poulains entiers, hongres et pouliches de 3 ans.



Les Handicaps « Optional » sont exclusivement réservés aux chevaux de 3 ans (nés en 2014) ayant couru au moins 3 fois à l’âge de 2 ans (en 2016) et qualifiés dans les Handicaps Premium au 31/12/2016.



Les modalités pratiques de participation à ces 2 courses sont les suivantes :

La liste des valeurs de ces chevaux sera publiée le mercredi 11 janvier 2017 par France Galop, sur son site internet (liste ci-jointe).

Sur la base de cette liste et après actualisation des valeurs, l’ensemble des chevaux seront automatiquement pré-engagés, sans frais, dans les 2 courses suivantes :



Pour l’Optional 1

Le 1er mars 2017, à 9H30 : Publication actualisée des valeurs
Le 3 mars 2017, à 9H30 : 1er forfait (gratuit) pour la course à faire par les entraîneurs ne souhaitant pas courir
Le 6 mars 2017, à 9H30 : Publication des poids de la course


Pour l’Optional 2

Le 10 mars 2017, à 9H30 : Publication actualisée des valeurs
Le 13 mars, à 9H30 : 1er forfait (gratuit) pour la course à faire par les entraîneurs ne souhaitant pas courir
Le 15 mars 2017 à 9H30 : Publication des poids de la course


Nouveauté 2017 : Les Handicaps Classe 1
Afin de proposer de nouvelles possibilités aux chevaux de 3 ans ayant participé aux courses à conditions de Classe 1 mais n’évoluant pas vers des Listed Races et courses de Groupes, le programme 2017 des 3 ans prévoit 12 nouveaux Handicaps.

Ils seront réservés aux chevaux ayant couru au moins une course de Classe 1 (ou une course B ou D au 1er semestre à l’âge de 2 ans) ou une course de niveau supérieur. La référence de ces Handicaps sera fixée à +14.

Ce programme spécifique débutera à partir du mois de mai 2017 et comportera 12 courses sur les hippodromes parisiens, soit 1 course par mois sur les 3 principales distances (1.600, 2.000 et 2.400 mètres).

La dotation totale est fixée à 35 K€ par course (7 allocations).

Afin de renseigner régulièrement les entraîneurs et propriétaires des chevaux répondant aux conditions de ces courses, une liste des valeurs des chevaux de 3 ans ayant couru une course de Classe 1 sera publiée par France Galop tous les 15 jours à compter du 1er mars 2017.

La liste actualisée des valeurs des chevaux éligibles à ces nouvelles courses sera disponible sur le nouveau site de France Galop, dans la Docuthèque, rubrique « Bulletins Officiels & Valeurs ».
10 janvier
Versement de la prime Propriétaire 2016 : le complément atteint 6,4%

Avec une belle réussite des chevaux élevés en France en 2016, le versement complémentaire versé le 5 janvier au titre de la prime Propriétaire est d'environ 6,4%, ajoutés aux 90% déjà versés.

Rappel des modalités de distribution 2016
Le montant global des primes versées au titre de l’année 2016 sera de 44,63 millions. Pour respecter cette enveloppe, le dispositif suivant est appliqué comme en 2015 :

Chaque performance donne lieu au versement d’un acompte de 90 % du montant théorique de prime calculée avec les taux en vigueur (64 % pour les 2 ans, 3 ans, 4 ans ; 43 % pour les 5 ans et au-dessus).

Un complément calculé et versé en fin d’année au vu des résultats globaux en 2016 des chevaux éligibles à la prime. En conséquence, ce complément qui pourra être supérieur ou inférieur à 10 % se traduira par des taux effectifs de primes, supérieurs ou inférieurs aux taux de 64 et 43 % ci-dessus.

Versements du complément de la prime propriétaire 2016
Au 31 décembre 2016 inclus, 41,77 M€ ont été versés, en retrait de 2,86 M€ par rapport au budget.

En conséquence, il est prévu un versement complémentaire de prime propriétaire de 6,4 %. Ce versement a été porté sur les relevés de compte de décembre 2016 et effectué le 5 janvier 2017.

Extrait des Conditions générales :

"Une prime est versée aux Propriétaires des chevaux nés et élevés en France ou assimilés, dans les courses qui, sauf conditions contraires, ne sont pas réservées à cette catégorie de chevaux. Le taux de cette prime est un pourcentage de l'allocation (hors primes) versée au 1 er, au 2 ème, au 3 ème , au 4 ème, au 5 ème, et le cas échéant au 6 ème et 7 ème . Ce pourcentage sur les allocations hors primes est de :

64 % pour les 2 ans, 3 ans et 4 ans
43 % pour les 5 ans et au-dessus,
La prime versée aux Propriétaires n'entre pas dans les gains des chevaux mais elle donne lieu aux prélèvements prévus par le Code des Courses au Galop au bénéfice des entraîneurs et des jockeys. Epreuves dans lesquelles la prime aux propriétaires ne s’applique pas :

courses réservées aux chevaux nés et élevés en France,
courses réservées aux chevaux de race anglo-arabe,
courses dont les conditions particulières précisent le non versement de cette prime."

4 janvier
LES SITES WEB DES CENTRES D’ENTRAINEMENT DE FRANCE GALOP

Le site web officiel de France Galop sur les centres d’entrainement de chevaux de Chantilly, Maisons-Laffitte et Deauville. Disponible via le portail www.cefg.fr, il permet de retrouver toute l’actualité des centres ainsi que des infos indispensables pour tous les professionnels.

Afin de répondre à une demande croissante des acteurs du galop, chaque site est doté d’une rubrique INFOPROS permettant aux professionnels des courses d’être informés en temps réel sur l’actualité du centre d’entrainement : prévisions météo, ouvertures ou fermeture de pistes à l’entrainement, travaux en cours. Egalement, cette nouvelle plateforme regroupe tout ce qu’il faut savoir sur chaque centre d’entrainement à travers le référencement des entraineurs qui y exercent, les chevaux stars des centres ou encore les infrastructures.

Ces 3 sites web sont une nouvelle étape de la digitalisation des outils de France Galop, et de modernisation de ses relations avec les acteurs du galop.
4 janvier
CENTRE D'ENTRAÎNEMENT DE DEAUVILLE

RESSOURCES

Olivier LOUIT
DIRECTEUR

Organisateur et coordinateur des activités du site, il assure le suivi, le contrôle de l’entrainement en relation avec les acteurs des courses et est le moteur du développement de l’hippodrome. Il assure aussi le bon déroulement des différents meetings de courses d’été et d’hiver.


Christophe JEAN
RESPONSABLE DU POLE ADMINISTRATIF

En charge du contrôle budgétaire, du suivi des commandes et des factures, et aussi en charge du suivi du personnel, référant en matière de ressources humaines.


Laurent CAILLOT
RESPONSABLE DES SERVICES ELECTRICITÉ ET RÉSEAUX

En charge du réseau courant fort et faible, son et vidéo, répond avec ses équipes à toute demande spécifique en matière d’électricité et audiovisuelle lors des grands évènements comme le meeting d’été Lucien Barrière.


Tony VANCAYEEZELE
RESPONSABLE DES ESPACES HIPPIQUES

Un spécialiste des pistes en sable et en gazon, il gère le centre d’entrainement comme les pistes de l’hippodrome pour qu’elles soient toujours au top ! avec son service, il assure aussi la gestion des arrosages des différents espaces.


Marjolaine LAVEILLE
ADMINISTRATION

En charge du secrétariat, du suivi de la formation, de la diffusion des informations en interne et de la communication auprès professionnels.

Romain ORDEANNEAU
CHEF D’ÉQUIPE HIPPODROME

Prépare et organise l’hippodrome de Deauville afin conjuguer le fleurissement et la sportivité des évènements.
3 janvier
France Galop souhaite une superbe année 2017, pleine de joies, de succès et de belles surprises à tous ses membres, propriétaires, éleveurs et professionnels, personnels des écuries d’entraînement, des haras et des institutions des courses, et bien sûr à tous ceux qui vivent la passion du galop dans le monde !

À très bientôt sur les pistes...
2 janvier

En 2016 comme les quatre années précédentes, deux femmes propriétaires se retrouvent au sommet de l'obstacle français.

Depuis 2012, les casaques de Nicole Papot, c'est-à-dire Mme Patrick Papot, et de Magalen Bryant se retrouvent invariablement au sommet de l’obstacle français. Pour la première, dont les couleurs gros-bleu et vert représentent toute la famille, c’est un cinquième titre consécutif depuis son premier en 2010, avec des gains records de 3,6 millions d’euros, tandis que Magalen Bryant est deuxième pour la sixième fois, après avoir deux fois occupé la première place, en 2003 et en 2004.
L’écart de gains qui sépare les deux écuries en fin d’année se situe généralement autour de 700 000 €, alors même qu’en 2015 et en 2016, leurs scores ont augmenté nettement pour passer d’environ 2 à 3 millions chacune, ce qui témoigne non seulement de leur domination mais aussi de l’émulation que crée cette sportive rivalité.
On note aussi que le nombre de chevaux présentés en piste évolue peu de part et d’autres, avec environ cent par an pour Nicole Papot et 70 à 80 pour sa concurrente américaine.
Autre similitude, les deux écuries sont représentées par plusieurs entraîneurs. Ils sont dix-sept actuellement listés pour veiller sur l’effectif de Magalen Bryant, et dix pour les chevaux de l’écurie Papot.
Cependant, la casaque bleu et rouge de la propriétaire américaine, qui monta elle-même sur les obstacles outre-Atlantique, termine une nouvelle fois l’année 2016 avec à son palmarès le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) et le Prix La Haye Jousselin (Gr1), son pendant automnal. En 2015, Milord Thomas avait remporté les deux. Il a terminé quatrième cet été du « Grand Steeple » remporté par son compagnon de casaque So French.
27 décembre 2016
LES SITES WEB DES CENTRES D’ENTRAINEMENT DE FRANCE GALOP

Le site web officiel de France Galop sur les centres d’entrainement de chevaux de Chantilly, Maisons-Laffitte et Deauville. Disponible via le portail www.cefg.fr, il permet de retrouver toute l’actualité des centres ainsi que des infos indispensables pour tous les professionnels.

Afin de répondre à une demande croissante des acteurs du galop, chaque site est doté d’une rubrique INFOPROS permettant aux professionnels des courses d’être informés en temps réel sur l’actualité du centre d’entrainement : prévisions météo, ouvertures ou fermeture de pistes à l’entrainement, travaux en cours. Egalement, cette nouvelle plateforme regroupe tout ce qu’il faut savoir sur chaque centre d’entrainement à travers le référencement des entraineurs qui y exercent, les chevaux stars des centres ou encore les infrastructures.

Ces 3 sites web sont une nouvelle étape de la digitalisation des outils de France Galop, et de modernisation de ses relations avec les acteurs du galop.
20 décembre 2016

Chaque semaine, nous vous proposons de découvrir un des grands gagnants de la saison 2016. Aujourd'hui, les propriétaires Gérard Augustin-Normand et Antonio Caro, co-propriétaires d'Almanzor et de La Cressonnière, les deux meillleurs 3ans français de l'année...
Sacré meilleur pur-sang d’Europe cette saison, Almanzor a représenté sur les pistes deux associés : le Madrilène Antonio Caro et le Normand Gérard Augustin-Normand. Cette association s’est aussi formée autour de La Cressonnière, sans doute le meilleure pouliche de la saison en France, comme Avenir Certain, également double lauréate de classiques avec, déjà, une Poule d’Essai et un Prix de Diane Longines à la clé deux ans plus tôt.

Troisième au palmarès 2016, Gérard Augustin-Normand monte sur le podium des propriétaires en France pour la troisième fois alors que ses couleurs datent de 2007 seulement. Depuis sa 7ème place en 2009, il a intégré le Top 10 à six reprises. En 2012, par exemple, pas moins de 856 partants ont porté sa casaque blanche, toque violette pour signer 130 victoires (signées par plus de dix entraîneurs différents), établissant alors un nouveau record de France, qu’il avait lui-même battu un an plus tôt avec 98 succès !

Depuis, le propriétaire a réduit son nombre de chevaux puisqu’il est passé de 175 pensionnaires en course en 2012 à 116 à ce jour, cette année. Via son élevage Franklin Finance, Gérard Augustin-Normand est également 2ème éleveur de France derrière l’Aga Khan avec 61 produits gagnants de 52 courses cette année. Son étalon, Le Havre, est le deuxième du pays derrière Galileo.

L’effectif d’Antonio Caro, dont les couleurs bleu clair à pois gros-bleu datent de 1988, est plus réduit, mais l’écurie du propriétaire espagnol, qui compte 19 représentants en 2016, figure régulièrement dans le top 50 en France. La septième place que la casaque occupe au classement 2016 est son meilleur résultat à ce jour. L’écurie Antonio Caro est, en outre, la troisième parmi celles de plus de 10 chevaux au classement des gains moyens par cheval, avec un score impressionnant de 65.382 € ! Et cela sans compter les gains d’Almanzor à l’étranger en fin de saison, qui dépassent 1,7 million d’euros…
19 décembre 2016
Le projet de programme des 3 ans a été présenté à la presse vendredi matin 16 décembre après avoir été adopté à l’unanimité par le Conseil d’administration de France Galop, mardi dernier 13 décembre.
La réforme du programme 2017 des 3ans est le fruit d’une large concertation avec des représentants des professionnels et des propriétaires, d’un examen approfondi de deux commissions techniques, en septembre puis en novembre, puis du Conseil du Plat. Il fait suite à la réforme du programme des 2ans(*) intervenue au dernier semestre 2016. Les premiers résultats de cette réforme sont très encourageants, comme on a pu le constater lors d’une précédente présentation à la presse (documents mis à jour au 30 novembre à télécharger ici).

Cette réforme adopte les mêmes principes, mais dans un contexte très différent. Il s’agit cependant toujours d’augmenter le nombre des partants pour optimiser les revenus provenant des paris.

Ce nouveau programme (lire page 4 du document de présentation à télécharger ici) s’articule autour de quatre catégories de courses :

Inédits

Maiden

Classe 1

Classe 2

Les principaux axes d’évolution retenus sont, à l’image du programme des 2ans expérimentés ce 2nd semestre 2016, la suppression de la classification par lettres et la simplification des conditions de courses, voulues plus lisibles.
Une nouvelle hiérarchie du programme inédit/maiden est mise en place. On distinguera désormais dans cette catégorie :

France Galop (hippodromes FG sur gazon) : 7 allocations par course pour un total de 30k€, tous les 15 jours pour chaque créneau de distance d’avril à juin.

Nationaux (hippodromes périphériques, parisiens sur PSF, pôles nationaux) : 5 allocations de 25k€ à Paris, 22k€ en régions, toutes les trois semaines de mars à août (hors hippodromes suburbains, sans maiden d’avril à juin)

Régionaux (autres) : 5 allocations de 16k€ maximum, toutes les trois semaines de mars à août.

Aux gagnants des trois catégories différentes d'inédits/maiden (France Galop, Nationaux, Régionaux) sont proposés trois catégories de courses différentes (C1, C2 Nationaux, C2 Régionaux) :

C1 : organisées sur les hippodromes parisiens sur gazon et les pôles nationaux, 7 allocations pour un total de 35k à Paris et 30k€ en régions. Elles sont ouvertes aux 3ans n’ayant pas gagné une C1 dans les 6 mois, sauf à avoir recouru deux fois depuis, aux maiden (-1,5kg) et aux inédits (-2,5kg).

C2 « Paris »: sur les hippodromes parisiens et les périphériques, 26k€ sur 5 allocations, pour 3ans ayant couru au moins une fois, ayant gagné au plus un maiden national, avec surcharge de 2kg aux gagnants de inédits/maiden « nationaux ».

C2 « Régions » : sur les hippodromes nationaux et régionaux, 20k€ sur 5 allocations, pour 3ans ayant couru au moins une fois ayant gagné au plus un maiden régional avec surcharge de 2kg aux gagnants d'inédits/maiden « régionaux ».

Le programme de remplacement pour les 36 courses à conditions parisiennes disparues consiste en :

Deux handicaps « optional » (70k€ de budget) en mars et en avril,
à partir de mai 11 handicaps réservés aux chevaux issus des C1 d’une valeur de 38 au moins, pour un budget global de 385k€ et 7 allocations par course, avec publication systématique de toutes les valeurs tous les quinze jours,

environ 17 handicaps dotés chacun de 17 à 18k€.

La valeur de plancher fixée à 38 permet de garantir une certaine homogénéité dans le nombre des partants, et les simulations effectuées sur les effectifs actuels permettent d’espérer une réussite de ce test, sans viser nécessairement des pelotons très importants. Il s’agit de remettre les handicaps au goût du jour, selon le vœu de la présidence de France Galop.

C’est un programme volontariste, très incitatif, qui demandera certainement quelques années de pratique pour être convenablement jugé.

En régions, environ 25 handicaps seront proposés pour remplacer les 28 courses à conditions supprimées.

On notera que les budgets des programmes parisiens et régionaux ont été respectés, sans transfert de l’un à l’autre ni diminution d’enveloppe.

(*) : Premiers résultats de la modification du programme des 2ans au second semestre 2016 :

Progression de la moyenne des partants des courses à conditions et Listed/Gr3,
réduction significative de la part des courses à conditions et Listed/Gr3 de moins de 8 partants,
progression de la moyenne des enjeux des courses de 2ans et des enjeux globaux à périmètre comparable à Paris, et ce dans un contexte de baisse des effectifs de 3 % et des enjeux de 1,5 %.
16 décembre 2016
France Galop , le Trot et le PMU ont choisi Laurent Eichinger pour diriger la SAS Equidia.

Laurent Eichinger rejoindra l’Institution des Courses le 2 janvier 2017, où il sera nommé Directeur Général de la SAS Equidia par les Présidents de France Galop, du TROT et du PMU.

Laurent Eichinger proposera et mettra en oeuvre un nouveau positionnement des chaînes (Equidia Live, Equidia Life) et de leur offre digitale, notamment pour contribuer au développement du pari hippique en France et à l’international. Il dirigera l’ensemble du pôle média de l’Institution des Courses et supervisera ainsi l’ensemble des composantes y contribuant. Il aura notamment pour mission l’optimisation du compte d’exploitation de l’activité.

Laurent Eichinger a plus de dix-sept ans d’expérience dans le secteur des médias acquis notamment au sein des groupes Canal + et NextRadioTV. Il était précédemment directeur des chaînes thématiques sport de Canal + dont il a piloté la refonte du business modèle.
14 décembre 2016
Réuni mardi 13 décembre au siège de France Galop, le comité de la société-mère a décidé le maintien des allocations l'an prochain.
Boulogne-Billancourt, le 13 décembre 2016 (Communiqué France Galop)

Prévisions de résultats 2016

L’année 2016 au PMU est marquée par une nouvelle dégradation des enjeux d’environ 4,7% par rapport à 2015, ce qui se traduit par un résultat net probable de 790 M€, inférieur de 8 M€ au budget prévisionnel pour l’exercice 2016.

Le résultat de France Galop devrait lui ressortir à -33,5 M€, contre -45,9 M€ en 2015.

Budget 2017

Les membres du Comité de France Galop ont pris connaissance du budget 2017, lequel fut ensuite approuvé par le Conseil d’Administration. Dans un contexte extrêmement volatile, le résultat net de la société mère pourrait s'établir à -28 M€ en 2017, en amélioration de 5,4 M€ par rapport à 2016, sous réserve qu’un certain nombre de discussions en cours trouvent une issue favorable. Le déficit sera néanmoins de nouveau très important pour France Galop même si une légère amélioration est constatée par rapport à 2016.

Le PMU prévoit une croissance modérée de 1,2% des paris hippiques du fait d’un rebond d’activité sur internet (+5,5%) et à l'international (+5,9%). Les enjeux dans le réseau de points de vente sont attendus stables l’an prochain. Avec des chiffres mieux orientés et des charges d'exploitation stables, le résultat net du PMU pourrait être en hausse de 4 M€ par rapport à 2016. C’est ce budget qui sera formellement soumis au vote de l’Assemblée Générale du PMU le mercredi 14 décembre.

S’agissant de France Galop, le budget 2017 intègre l’effet des réformes entreprises sur le calendrier et le programme de courses ainsi que la mise en œuvre d’un plan d’économies intégrant notamment le transfert des réunions d’Enghien, la rationalisation des dépenses marketing, la réduction des frais d’organisation de réunions de courses et la baisse des frais de fonctionnement du Siège. Quoiqu’ambitieux, ce plan ne suffira pas. Il s’agit donc d’aller plus vite et plus loin, tant sur l’activation des leviers de croissance qui sont entre les mains de la maison-mère que la recherche d’économies supplémentaires au niveau de l’Institution. C’est dans cet esprit que les administrateurs de France Galop ont choisi de maintenir les allocations au niveau de 2016. C’est un signal de soutien qu’ils ont souhaité ainsi envoyer aux acteurs du galop à un moment où ils sont fortement mis à contribution.

A l’issue du Comité et du Conseil d’administration, Edouard de Rothschild, Président de France Galop, a constaté :

« Au niveau d’enjeux actuel et réalistiquement prévisible dans les années à venir, le galop est structurellement déficitaire d’une trentaine de millions d’euros par an. L’année 2017 doit donc impérativement être mise à profit avec LeTROT, le PMU et l’Etat pour remettre à plat le modèle des courses françaises. »
9 décembre 2016
Ventes d'élevage Arqana : Tendance stable dans un catalogue resserré

Le Marché des ventes d'élevage Arqana, du 3 au 6 décembre 2016, s'est bien tenu, avec une clientèle internationale très active et un bon réinvestissement français, témoins d'une certaine confiance et d'une valorisation efficace de nos courses et de notre élevage.
(extrait du communiqué d'Arqana) Avec un catalogue réduit de 30 lots par rapport à l’année précédente et 43 chevaux vendus en moins sur les quatre jours, la Vente d’Elevage 2016 enregistre un chiffre d’affaires de 23.382.500€ soit 12% de moins que l’an passé. Le prix moyen quant à lui se maintient à 37.169€ (-1,7%) tout comme le taux de chevaux vendus qui s’élève à 74,8%, en légère baisse par rapport aux 76,6% de 2015. Revenant sur l’édition 2016 de la Vente d’Elevage, le Président d’ARQANA Eric Hoyeau a déclaré : « Nous avions volontairement réduit le catalogue cette année. Malheureusement, le marché s’est avéré plus difficile dans les catégories commercialement inférieures, signe d’un certain niveau de surproduction. Cette réalité a été observée dans de nombreux autres pays cette saison et doit inciter tous les acteurs de la filière à la vigilance. En revanche, les chevaux de qualité ont suscité beaucoup d’intérêt, qu’il s’agisse des foals, des pouliches ou des poulinières, à vocation plat ou obstacle. Nous avons été ravis d’accueillir autant d’acheteurs internationaux lors de la première journée, dont certains se sont déplacés pour la première fois. Une forte demande sur les lots de qualité était encore présente dimanche et les bons pedigrees à vocation obstacle ont été très populaires aujourd’hui (lire mardi, ndlr). »
7 décembre 2016
Les présidents des deux sociétés-mères, Dominique de Bellaigue pour la Société LeTROT et Édouard de Rothschild pour France-Galop, se sont rencontrés jeudi dernier pour établir les bases du prolongement de leur partenariat et relever ensemble les défis des prochaines années.
(communiqué) Le jeudi 1er décembre, le président de France Galop, Édouard de Rothschild, et le président de la Société LeTROT, Dominique de Bellaigue, accompagnés d’une délégation d’élus des Conseils d’administration, se sont rencontrés pour évoquer la situation économique des deux sociétés-mères et les perspectives d’évolution à court et moyen terme. Le constant partagé sur l’évolution des principaux indicateurs financiers oblige les deux sociétés-mères à une unité d’action face aux défis majeurs qu’elles doivent relever dès l’année prochaine.

Au moment d’établir les budgets de 2017, des décisions concrètes ont été prises et des propositions d’actions immédiates ont fait l’objet d’une convergence de vues des deux sociétés-mères, sous réserve de leur validation par les Conseils d’administration respectifs, concernant notamment l’obligation de l’optimisation du calendrier des réunions Premium nationales et internationales et du programme des courses, ou encore la volonté d’explorer des synergies communes d’exploitation, tout en conservant l’identité de chaque structure.

Ces discussions, saluées comme constructives et indispensables, devront nécessairement être partagées avec les ministères de tutelle. Elles se poursuivront dès le début de l’année 2017 à l’occasion d’une nouvelle réunion de travail qui a été fixée au 9 janvier 2017.